Se connecter S’abonner

Autoroutes : frauder aux péages coûtera désormais 375 euros aux automobilistes

A partir de ce jeudi 18 mars, les automobilistes qui fraudent aux péages en ne payant pas leur trajet devront régler une amende de 375 euros, au lieu de 75 euros jusqu’à présent.

Fraudeurs
Crdéit: iStock.

Pour les fraudeurs qui collent le véhicule précédent pour passer sans payer à la barrière de péage, la facture s’annonce salée. A partir de ce jeudi 18 mars, cette infraction est punie par une contravention de quatrième catégorie et non plus une contravention de deuxième catégorie, selon un arrêté paru mercredi 17 mars au Journal officiel.

Installation des péages sans barrière

L’amende majorée passe donc de 375 euros au lieu de 75 euros jusqu’à présent. Quant à l’indemnisation transactionnelle, c’est-à-dire les frais de dossier, ils passent de 20 à 90 euros. Pour les automobilistes qui fraudent régulièrement, l’amende sera encore plus conséquente. En effet, s’ils accumulent sur une période d’un an, cinq amendes de 375 euros non réglées, ils devront s’acquitter d’une amende de 7 500 euros.

Le but de ces changements ? Installer des péages sans barrière. Et pour cause, la loi d’orientation sur les mobilités, promulguée en décembre 2019, prévoit de les généraliser progressivement. Ces péages en flux libre, grâce à des portiques munis de capteurs, ont pour objectif de supprimer les embouteillages et ainsi de limiter l’émission de gaz à effet de serre.

Pour les fraudeurs des péages sans barrière, le gouvernement se montrera toutefois légèrement plus souple. « Comme il n’y a pas de barrière, il est normal d’être indulgent. On peut comprendre qu’un automobiliste oublie de régler », explique une source au Parisien. « En revanche, celui qui pousse une barrière n’a aucune excuse. »