Se connecter S’abonner

Aménagement : en un an de crise, les Français ont dépensé presque 5.000 euros pour leur intérieur

Selon une étude Cofidis, les ménages ont dépensé presque 5.000 euros pour aménager leur intérieur pendant cette année de crise sanitaire.

Appartement-immobilier
iStock

Une année marquée par la pandémie. Face à des couvre-feux et confinements successifs, 48% des Français ont décidé d’investir dans leur intérieur. Et ils n’ont pas hésité à mettre la main au porte-monnaie. En effet, ils ont dépensé en moyenne 4.772 euros pour l’aménagement de leur logement, selon une étude Cofidis, menée en collaboration avec CSA Research. « Un montant relativement élevé, notamment justifié par la part importante de Français (28%) à avoir dépensé plus de 3.000 euros pour leur logement au cours de l’année passée », souligne l’enquête. Toutefois, les habitants de l’Hexagone ont réalisé des travaux en fonction de leur budget. « En effet, la moitié des répondants (50%) a dépensé moins de 1.300 euros » et 35% ont même déboursé « moins de 500 euros pour ces améliorations dans leur logement ».

De nombreux projets d’aménagement

Les Français réalisant des travaux ou ayant l’intention d’en réaliser se sont avant tout tournés vers la décoration (40%). Ils font ensuite des achats de nouveaux meubles (30%) puis des dépenses pour de nouveaux éléments de décoration (27%). « Ces projets sont suivis de très près par la réfection d’une cuisine ou d’une salle de bains, réalisée ou en voie de l’être pour un quart (25%) des Français », précise l’étude.

Mais d’où provient le budget des particuliers pour concrétiser ces aménagements ? 39% ont fait passer leurs dépenses sur leur budget courant, tandis que 32% ont puisé dans leur épargne personnelle. 25% des Français ont mis de l’argent de côté spécifiquement pour ces achats. Enfin, 8% d’entre eux ont fait appel à un crédit à la consommation. Un usage plus courant chez les Français ayant dépensé plus de 10.000 euros pour leurs travaux (24%), mais aussi chez les 25-34 ans (13%) et en Ile-de-France (13%). Ces investissements ont porté leurs fruits puisque près d’un tiers des Français se plaisent davantage chez eux désormais.