Se connecter S’abonner

Faux rachat de crédit : gare aux escrocs !

Un réseau implanté à Paris vient d’être démantelé par la police : un escroc et ses complices auraient arnaqué une soixantaine de personnes et des organismes de crédit, pour un montant de plus d’un million d’euros. Ce genre d’affaires seraient de plus en plus courantes.

Phishing e-commerce Répression des fraudes
Crédit : iStock.

C’est une affaire qui illustre un type d’arnaques de plus en plus courant. Un homme et une dizaine de complices auraient escroqué au moins 61 personnes et plusieurs organismes de crédit dans toute la France pendant au moins trois ans, selon Le Parisien. L’officine des arnaqueurs présumés était implantée à Paris et le dirigeant a été maintenu en détention début mars par la chambre de l’instruction. Le montant du préjudice dépasserait un million d’euros selon le quotidien. Cette affaire de faux courtier en crédit a touché des organismes tels que Sofinco, Cetelem ou encore Meilleurstaux.com, se plaignant d’agissements de la part d’un groupe de malfaiteurs début 2018, faisant croire à leurs clients à un rachat de crédit à des taux très bas.

Les fichiers clients étaient récupérés sur Internet, ce qui mettaient les victimes en confiance. Ensuite, le faux courtier proposait de racheter un prêt (souscrit par exemple pour l’installation d’une pompe à chaleur ou encore de panneaux solaires). Il se chargeait de récupérer les informations (justificatifs de domicile, pièces d’identité, relevés d’identité bancaire) et souscrivait à un nouveau crédit. Les victimes devaient alors transférer les fonds sur le compte de l’escroc et se retrouvaient alors avec deux crédits au lieu d’un. Quant au faux courtier, il avait disparu et l’argent avait été transféré à l’étranger, raconte Le Parisien.

Les plaintes ont fortement augmenté depuis 2017

Le nombre d’escroqueries a augmenté depuis 2017 dans la région parisienne : les plaintes sont passées de 44.700 à 50.000 en trois ans et l’année 2019 a connu une augmentation de plus de 13%. Il faut faire attention aux propositions trop alléchantes, à des taux extraordinairement bas. « Dans le contexte de la crise sanitaire, les escrocs peuvent proposer des crédits cumulant des conditions très attractives (faible taux d’intérêt, rapidité de souscription, absence de vérification du profil de l’emprunteur, etc.) pour attirer des personnes rencontrant des difficultés financières », explique l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (APCR) au Parisien. L’Autorité met en garde les usagers sur les mots employés par les escrocs et qui doivent les alerter : « offre exceptionnelle, sans condition de ressources, sans délai ». Il ne faut pas donner ses coordonnées bancaires ni transmettre un document d’identité par Internet ou par courriel. De plus, il faut vérifier l’identité des commerciaux et des sociétés qui proposent ces offres douteuses.

Plus de 1.000 entités ont été inscrites sur la liste noire de l’APCR en 2020, proposant des crédits, livrets d’épargne, services de paiement ou contrats d’assurance, sans autorisation de l’Autorité. Les faux crédits et les livrets d’épargne sont en tête des produits proposés par les escrocs qui usurpent l’identité (plus de 40% des offres frauduleuses) d’un établissement ou d’un intermédiaire qui lui est autorisé à commercialiser ce type de produits en France.