Se connecter S’abonner

Paris : Anne Hidalgo promet la décentralisation de la propreté « avant l’été »

La maire de la capitale a confirmé sur RTL, jeudi 8 avril, son intention de déléguer « très rapidement » la question de la propreté aux maires d’arrondissements.

Anne Hidalgo a promis jeudi 8 avril de décentraliser la compétence de la propreté à Paris.

Les photos de déchets jonchant les rues de la capitale, publiées sur Twitter ces derniers jours sous le hashtag #saccageParis, ont relancé le débat sur la gestion de la propreté par la mairie de Paris. Si l’exécutif parisien a d’abord dénoncé une « campagne de dénigrement », la maire PS, Anne Hidalgo, a finalement promis sur RTL, jeudi 8 avril, d’engager « très rapidement » la décentralisation de certaines compétences, dont la propreté, vers les mairies d’arrondissement. Plus précisément, cette décentralisation interviendra « avant l’été », a assuré l’élue socialiste.

« Je ne pense pas qu’on puisse s’occuper, par exemple, de problèmes de propreté au quotidien dans les quartiers depuis un niveau central, qui est l’Hôtel de Ville de Paris. Donc c’est une compétence que je veux déconcentrer, c’est-à-dire que les maires d’arrondissement aient les moyens d’organiser dans leurs arrondissements les tournées de propreté », a expliqué l’élue, candidate potentielle de la gauche à l’élection présidentielle de 2022.

Une décentralisation qui s’étendra au-delà de la propreté

Anne Hidalgo a par ailleurs précisé que ce transfert ne se limitera pas à la propreté. « La décentralisation est une façon d’aller vers plus d’efficacité : plus on est dans la proximité pour gérer des questions de proximité, mieux on s’en sort », a souligné la maire de Paris, qui a maintenu son engagement de campagne de doubler au cours de son second mandat de 500 millions à 1 milliard d’euros le budget dédié à l’entretien et à la rénovation des rues de la capitale.

Depuis fin mars, l’exécutif parisien fait face à de nombreuses critiques sur les thèmes de la propreté, mais aussi de l’entretien et de choix du mobilier urbain. Sur RTL, Anne Hidalgo a notamment accusé Pierre Liscia, candidat divers droite aux dernières municipales dans le XVIIIe arrondissement, d’être « derrière beaucoup » des comptes Twitter à l’origine de ce qu’elle considère être une « campagne très orchestrée ».