Se connecter S’abonner

Allocation chômage : le gouvernement voudrait éviter des pertes trop importantes

La réforme du calcul de l’allocation chômage entrera en vigueur le 1er juillet prochain. Des arbitrages sont encore en cours.

chômage
Crédit : iStock.

Certaines personnes pourraient être fortement pénalisées par la réforme de l’allocation chômage si elle entre en vigueur telle quelle au 1er juillet prochain. C’est en tout cas le constat dressé par l’Unedic à la demande de Force ouvrière : certains cas types pourraient connaître une perte d’un tiers de leurs allocations, selon un article des Echos publié mercredi 14 avril. En effet, le décret qui revoit les règles de calcul de l’allocation pourraient léser des personnes qui ont connu du chômage partiel, qui ont été placées en congé maternité ou en congé maladie, et qui s’inscriront à partir du 1er septembre 2021 à Pôle Emploi. Toutefois, le gouvernement assure vouloir corriger la situation : l’entourage de la ministre du Travail, Elisabeth Borne, affirme au quotidien que « la réforme n’a pas pour objet de créer ce genre d’effet ».

Ainsi, Bruno Lucas, délégué général à l’emploi et à la formation professionnelle, a indiqué mardi 13 avril dans une lettre, adressée au directeur général de l’Unedic, Christophe Valentie, que le ministère du Travail allait « travailler de concert à l’examen des conditions envisageables », précisent encore Les Echos. Autrement dit, à ne pas pénaliser les chômeurs concernés par l’activité partielle, un congé maternité ou maladie avant de s’inscrire à l’automne prochain. L’Unedic aurait interpellé le ministère à ce sujet, note encore le quotidien, mais il était trop tard par rapport au décret pris au 1er avril. Le ministère du Travail a encore quelques mois pour se pencher sur la question.

Changement du calcul du SJR

La réforme de l’allocation chômage prévoit principalement un changement de règle du calcul du salaire journalier de référence (SJR). Cette modification doit concerner 1,15 million de chômeurs dans les douze mois et les allocations baisseraient de 17% en moyenne pour ces personnes, celles qui ont ouvert des droits entre le 1er juillet prochain et la fin du mois de juin 2022.