Se connecter S’abonner

Economie : la crise coûtera 424 milliards d’euros à la France entre 2020 et 2022

Le ministre en charge des Comptes publics, Olivier Dussopt, annonce que le gouvernement consacrera au total 424 milliards d’euros pour lutter contre la crise sanitaire jusqu’en 2022.

fraude fiscale
Crédit : iStock.

Les finances publiques françaises vont être lourdement plombées par la crise sanitaire, liée à la pandémie de coronavirus. En effet, Olivier Dussopt annonce que le gouvernement y consacrera 424 milliards d’euros entre 2020, 2021 et 2022 dans une interview exclusive au Figaro mardi 13 avril. Le ministre en charge des Comptes publics a inscrit cette somme dans le programme de stabilité, envoyé à Bruxelles dans quelques jours, précise le quotidien. Elle représente 20% du produit intérieur brut de la France (PIB) en 2020. Le coût économique de la crise a atteint 158 milliards d’euros l’an dernier et le déficit public 9,2% du PIB, entre les baisses de recettes fiscales et les dépenses engagées pour aider les secteurs en difficulté (le chômage partiel, le Fonds de solidarité…).

« L’année 2020 s’est toutefois terminée avec une dégradation moins importante que ce que nous avions craint », estime Olivier Dussopt. « La récession a atteint 8,2% au lieu des 11 % anticipés en fin d’année dernière », précise le ministre des Comptes publics. Les recettes fiscales ont été plus dynamiques que prévu et 350.000 emplois seulement ont été supprimés, contre 900.000 suppressions attendues. « Quant au pouvoir d’achat des ménages, il a augmenté de 0,6 % en moyenne en 2020. Tout cela montre que les mesures que nous avons prises étaient efficaces et que nos choix étaient les bons », se félicite Olivier Dussopt dans Le Figaro. Cette année, la facture atteindra 171 milliards d’euros et 9% de déficit public. Les mesures d’urgence représentent 56 milliards sur le total. Enfin, en 2022, le coût représentera 96 milliards d’euros pour l’Etat, et un déficit de 5,3% selon les prévisions de Bercy.

Le dossier des retraites toujours sur la table

Le gouvernement prévoit d’aider les entreprises et les Français « tant que la crise durera », affirme Olivier Dussopt. L’an prochain, la priorité est donnée au plan de relance, affirme le ministre chargé des Comptes publics, pour « son exécution totale en 2022 ». Par ailleurs, le gouvernement envisage un retour du déficit sous la barre des 3% en 2027, en limitant la hausse des dépenses à 0,7% par an, précise Le Figaro. « Pour tenir cette trajectoire, nous avons bien conscience qu’il faudra mener des réformes structurelles. Au-delà de l’emblématique dossier des retraites, nous avançons aussi sur certains dossiers techniques », avance Olivier Dussopt, notamment sur les dépenses au sein des ministères. « Ce qui est sûr en tout cas, c’est que nous excluons d’augmenter les impôts », affirme le ministre.