Se connecter S’abonner

RSA : le nombre de demandeurs explose dans la région niçoise

Le nombre d’allocataires du RSA a augmenté de 21,5% dans les Alpes-Maritimes à la fin de l’année 2020.

Crédit : iStock.

La Côte d’Azur souffre particulièrement de la crise économique due à la pandémie de Covid-19. Les Alpes-Maritimes connaissent une forte baisse de l’activité économique, ce qui précarise les habitants du département : le nombre d’allocataires du RSA a progressé de 21,5% à la fin de l’année 2020 dans la région de Nice, selon Le Figaro jeudi 15 avril, alors que le chiffre a augmenté de 7,5% au niveau national. La demande d’emploi a augmenté de plus de 10% au deuxième trimestre 2020 dans le Var et les Alpes-Maritimes selon la direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (Dreets). Ces deux départements, comme l’Aisne, l’Aude, la Seine-Saint-Denis et la Haute-Corse, font partie des zones où « au moins un tiers des personnes hors retraités ont le sentiment d’une dégradation de leur situation financière », selon l’Insee dans une analyse de juillet 2020.  

Le confinement local du 19 mars dernier n’a rien arrangé sur la Côte d’Azur : il a été décidé deux semaines avant le confinement national. La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Nice Côte d’Azur s’inquiète particulièrement pour les chefs d’entreprise du département qui n’ont « pas de perspectives pour les prochains mois ». De plus, « l’incertitude pour l’avenir s’aggrave », affirme la CCI : 81% des dirigeants disent être inquiets pour l’économie locale et 52% pour l’avenir de leur propre société, relève Le Figaro.  

Pas de versement compensatoire

Ainsi, c’est la région niçoise qui a connu le plus fort recul d’embauches dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur en avril 2020 par rapport au printemps 2019, soit une chute de 80%, avait relevé l’Insee. Le nombre de salariés en chômage partiel ou en arrêt maladie ou pour garde d’enfants était de 35 à 40% à cette période selon l’institut. Certaines sociétés n’auraient pas compensé l’indemnité de l’activité partielle, analyse Le Figaro. « Chez nous, il n’y a pas eu l’an dernier, et il n’y a toujours pas actuellement, de versement compensatoire », déclare au quotidien Gilbert Ghini, délégué CGT du personnel d’Escota (Vinci Autoroutes). Selon lui, « les salariés concernés par le chômage partiel sont invités à poser leurs congés alors que le groupe n’est pas vraiment dans une crise existentielle ».