Se connecter S’abonner

Relance économique : les Français sont vivement opposés à la taxation de l’épargne

La dette publique s’envole, mais les Français souhaitent maintenir les dépenses de l’Etat. Ils rejettent cependant la taxation de leur épargne comme solution pour la relance, selon une étude.

budget
©Istock

La dette publique est grimpée à 115% du PIB à la fin de l’année dernière, et cela inquiète les Français. Ils sont 73% à le dire, selon un sondage OpinionWay Square pour Les Echos et Radio Classique, le mardi 20 avril 2021. Ils sont plus nombreux à se dire « très inquiets » depuis le dernier sondage sur la question en 2018, soit près d’un tiers des personnes interrogées (10 points de plus). Les Français souhaitent toutefois que la priorité soit donnée au « quoi qu’il en coûte », soit le soutien à l’économie pour six personnes sur dix. Seulement 36% d’entre eux préfèrent la maîtrise du déficit public. Concernant la relance de l’économie, la piste d’un impôt exceptionnel sur l’épargne ne recueille pas du tout l’adhésion des personnes interrogées : 20% seulement se disent favorables à une telle mesure, et 51% y sont même « tout à fait opposés ». Rappelons que le surplus d’épargne pourrait être de 165 milliards d’euros selon la Banque de France en 2021.

Autre mesure évoquée pour financer la relance, le grand emprunt national, soutenu par 60% des Français. Toutefois, c’est la taxation des plus hauts revenus qui est plébiscitée, par 72% des sondés. C’est la première fois que cette proposition est testée par OpinionWay, alors qu’elle n’est pas soutenue par le gouvernement actuel. Les principaux partisans de cette mesure sont les femmes, les 50-64 ans et les 25-34 ans, précise le quotidien, et les avis diffèrent en fonction des affinités politiques.

Logiquement, les partisans de gauche et d’extrême gauche (La France Insoumise à 94%, le Parti Socialiste à 91%) et les écologistes (Europe-Ecologie-Les-Verts, 78%) sont plus séduits par cette idée, ainsi que les sympathisants du Rassemblement national (73%), plus à l’extrême droite. Ceux de la majorité LREM soutiennent la mesure à 67% et les Républicains, à droite, à 59%. Cette taxe des plus hauts revenus ne suffirait toutefois pas à financer la relance, estiment nos confrères des Echos, et non plus à rembourser la dette.

Plus de dépenses pour la santé et la recherche

En fait, les personnes interrogées dans ce sondage semblent émettre des opinions quelque peu contradictoires : « Alors qu’ils s’inquiètent de la dette publique élevée, les Français ne veulent réduire aucune dépense », analyse Frédéric Micheau, directeur adjoint d’OpinionWay, aux Echos. Une majorité d’entre eux veulent plus de dépenses pour la santé, soit 68%, ou la recherche, 58%, mais aussi dans les domaines de la sécurité (police), la justice ou encore l’éducation nationale (autour de 40%), la culture et le soutien aux entreprises (22-24%). Ils sont un tiers à penser qu’il faut réduire les dépenses de prestations sociales.

Enfin, si les trois quarts des sondés pensent que l’Etat est trop dépensier, 71% estiment que la dette Covid ne sera jamais remboursée et les deux tiers (64%) craignent que la France se retrouve en faillite sans changement de politique actuelle. Le ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance projette une compression de la dépense publique pour le prochain quinquennat.