Se connecter S’abonner

La crise sanitaire a bouleversé le profil des personnes en chômage partiel

De nombreuses entreprises ont dû recourir à l’activité partielle face à la crise sanitaire. Cette mesure a modifié le profil des salariés en chômage partiel en 2020.

Chômage
Crédit: iStock.

Coronavirus oblige, les entreprises sont nombreuses à avoir suspendu leur activité au cours de l’année 2020. Afin que les salariés puissent percevoir une indemnisation à hauteur de 84% de leur salaire net, les sociétés ont fait appel au dispositif d’activité partielle. Ainsi, lors du pic du premier confinement au mois d’avril, c’est près de 8.4 millions de personnes qui ont été placées en chômage partiel, d’après la Dares. Ce chiffre s’élevait à 6,7 millions en mars 2020. 

Ces chiffres ont explosé au regard de ceux enregistrés les années précédentes. Entre 2015 et 2019, il y avait alors entre 25.000 et 50.000 salariés en moyenne en chômage partiel chaque mois. 

Le recours à l’activité partielle pour les services marchands a doublé

A cette période, 54% des effectifs en activité partielle faisaient partie des secteurs industriels, rapporte BFM Business. 30% étaient issus des services marchands et 10% du secteur de la construction. Avec notamment la fermeture des restaurants, le recours à l’activité partielle pour les services marchands a plus que doublé, lors des premiers mois de l’épidémie. 65% d’entre eux étaient au chômage partiel en avril 2020. Même constat pour le secteur de la construction dont le chiffre s’élève à 13%. Une augmentation qui s’explique par l’arrêt des chantiers.

Avant le coronavirus, ce sont les hommes qui étaient principalement concernés par ce dispositif (74%). Mais le bouleversement des secteurs touchés par la crise a aussi diversifié les effectifs. Ainsi, entre 2015 et 2019, 26% des femmes avaient recours à l’activité partielle. Ce pourcentage est passé à 45% l’année dernière. Les jeunes étaient, eux, seulement 2% à être concernés avant l’épidémie, ils sont désormais 11%. Quant aux ouvriers, si 68% d’entre eux avaient sollicité le dispositif d’activité partielle entre 2015 et 2019, leur nombre a diminué depuis 2020. Leur part était de 35% au mois d’avril.