Se connecter S’abonner

Automobile: ces aides à l’électrique passées inaperçues !

Deux nouveaux coups de pouce à l’achat d’une voiture électrique sont disponibles depuis cette année. Un ménage éligible peut cumuler ainsi jusqu’à 15 000 euros de subventions !

automobile
Crédit: iStock.

Alors que les voitures « propres » représentent désormais 14 % du marché tricolore, une étude de l’assureur Leocare révèle que 55 % des Français ne sont pas prêts à acheter ce type de véhicule d’ici à deux ans. En cause, notamment : l’autonomie insuffisante et le prix élevé en neuf. Pour un tiers des sondés, cependant, des aides supplémentaires de l’Etat pourraient les inciter à franchir le pas. Or, au-delà du bonus écologique et de la prime à la conversion déjà en vigueur, deux nouveaux dispositifs en faveur de l’électrique et de l’hybride rechargeable sont entrés en vigueur 
– en toute discrétion – depuis le début de l’année. 

Jusqu’à 25% d’économies sur l’assurance

Le premier prend la forme d’une exonération de la taxe spéciale sur les conventions d’assurance (TSCA) pour les voitures électriques immatriculées entre 2021 et 2023. Pour rappel, cette taxe s’applique sur les primes 
à des taux variant de 18 à 33 %, ce dernier pourcentage concernant les contrats au tiers. Selon les estimations, les économies annuelles pour les assurés se situeraient entre 15 et 25 %.

Le second dispositif est ouvert aux ménages dont le revenu fiscal de référence par part est inférieur à 6 300 euros annuels (par exemple, un couple avec deux enfants disposant de moins de 19 000 euros par an). Il consiste en un microcrédit de 5 000 euros au maximum, garanti à 50 % par l’Etat, et dont le remboursement peut s’étaler jusqu’à cinq ans. Sont visés les véhicules Crit’Air 0 électriques ou hybrides rechargeables, ainsi que les Crit’Air 1 dont les taux d’émission de CO2 sont inférieurs ou égaux à 132 g/km, et les deux ou trois-roues électriques.

Pour solliciter ce microcrédit, il faut s’adresser, par exemple, à l’Unaf (Union nationale des associations familiales) ou au réseau Crésus qui accompagne les personnes en situation de surendettement. En cumulant toutes les subventions, un ménage éligible peut totaliser jusqu’à 15.000 euros au maximum