Se connecter S’abonner

Déconfinement : les aides aux entreprises réduites au cas par cas

Alors que le déconfinement approche, Emmanuel Macron a affirmé que les aides aux entreprises seraient réduites progressivement.

Aides
iStock

Afin d’annoncer les grandes étapes du déconfinement, le chef de l’Etat a accordé un entretien à la presse régionale, ce vendredi 30 avril. Si Emmanuel Macron a annoncé la réouverture prochaine des commerces et lieux culturels, il a aussi réaffirmé le cap qu’il souhaite donner aux débranchages des aides aux entreprises. Leur réduction se fera de manière progressive. L’approche au cas par cas, sera proportionnelle à la hausse du chiffre d’affaires des entreprises.

« Les semaines à venir, il faut être très vigilant pour accompagner le redémarrage sans créer de fragilités économiques », explique le président de la République. « Le dispositif d’activité partielle sera maintenu à l’identique en mai et en juin. En mai, pour ceux qui commencent à rouvrir, il y aura les mêmes aides économiques qu’en avril. À partir du 1er juin, l’accompagnement se fera au prorata de la reprise d’activité », poursuit-il. Emmanuel Macron affirme aussi que la réponse sera adaptée par secteur. « Ce sera du cousu main. Là encore, nous le ferons dans un cadre concerté avec les partenaires sociaux », a-t-il ajouté. 

« Des risques de défaillances d’entreprises »

De son côté, Olivier Dussopt, ministre délégué en charge des Comptes publics, a expliqué au micro de BFM Business que le gouvernement travaille actuellement sur ces nouveaux dispositifs d’accompagnement pour la reprise. « A la sortie de cette crise, nous allons faire face à une forme de retour à la normale de l’économie, de risques de défaillances d’entreprises », a-t-il déclaré.

« Notre priorité, c’est de faire en sorte que toutes les entreprises viables qui rencontrent des difficultés conjoncturelles », soient aidées. « Nous travaillons à mettre en place des dispositifs, comme les prêts participatifs, et d’accompagnement spécifique pour une meilleure détection des entreprises en difficulté, en mobilisant les outils qui existent et nous regardons s’il y a une nécessité de créer de nouveaux outils pour cette période de reprise », a précisé le ministre.