Se connecter S’abonner

Emploi : les petites entreprises comptent recruter en 2021 malgré la crise

Selon l’étude annuelle de Pôle Emploi, les entreprises de certains secteurs comptent bien recruter cette année, notamment les petites.

emploi
Crédit : Frederic DIDES/SIPA.

Dès que les restrictions sanitaires seront levées, les entreprises comptent bien recruter : 2 723 000 projets sont prévus en 2021, soit 30 000 de plus qu’en 2019, l’année 2020 étant écartée en raison de l’épidémie de Covid-19. L’étude baptisée « Besoins en main-d’œuvre » a été publiée mardi 4 mai par Pôle Emploi, en collaboration avec le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc). Autre bonne nouvelle, 43% de ses embauches prévues sont en CDI. Et ce sont les petites entreprises qui comptent le plus embaucher cette année : deux projets sur trois concernent des établissements de moins de 50 salariés.  

Parmi les secteurs qui comptent recruter, les services, qui concernent six intentions d’embauches sur dix. Les projets de recrutement concernent davantage les services aux particuliers (38%), les services aux entreprises (24%), même s’ils baissent, le commerce (12%), l’agriculture (10%), l’industrie (8%) et enfin, la construction (8%) qui connaît même une hausse de 22% de ces projets. En revanche, les intentions d’embauche baissent dans l’industrie de 7%, notamment dans la métallurgie et l’équipement électronique. 

Besoin d’aides-soignants  

Pôle Emploi a établi un top cinq des métiers qui recrutent en 2021 : en premier, les aides-soignants, suivis des aides à domicile et des aides ménagères, des ouvriers non qualifiés de l’emballage et des manutentionnaires, des employés de libre-service, et enfin, des agents de sécurité et de surveillance, des enquêteurs privés et assimilés. Un focus est fait sur les métiers de l’hôtellerie-restauration, qui recrutent potentiellement cette année (même si c’est moins qu’en 2019) des serveurs et des aides et employés polyvalents de cuisine. 

Par ailleurs, les trois régions de la façade atlantique sont celles qui connaissent une augmentation de besoins en main d’œuvre la plus importante, soit la Nouvelle-Aquitaine (+15,2%), Pays de la Loire (+10,7%) et la Bretagne (+5,6%). A contrario, si les régions Ile-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes sont celles qui recrutent le plus, elles connaissent une diminution des intentions de recruter, respectivement de 3,1% et de 3,7%.  

Les entreprises qui ont répondu à cette étude ont communiqué sur les difficultés à recruter : elles sont 45% à en rencontrer, soit cinq points de moins qu’en 2019. Les raisons sont diverses, mais le principal obstacle est le profil inadéquat des candidats pour 75% d’entre elles. Les métiers du BTP, de la santé et de l’action sociale sont les principaux concernés.