Se connecter S’abonner

La draisienne de Carrefour pourrait vous coûter bien plus cher que 200 euros

Vendue au prix de 200 euros, la draisienne motorisée de Carrefour est un faux bon plan.

Carrefour
La draisienne sera mise en vente en juin prochain. Crédit : Carrefour.

A mi-chemin entre la trottinette et le vélo électrique, la draisienne pour adultes de Carrefour permettra à ses utilisateurs de fendre la bise jusqu’à 25 km/h. Mais, mieux vaut pour eux ne pas l’utiliser en dehors d’un terrain privé. En effet, le véhicule ne dispose pas des homologations inhérentes aux cyclomoteurs, dont elle fait pourtant partie, indique BFMTV. Vendue au prix de 200 euros à partir du 22 juin prochain, celui-ci pourrait donc s’alourdir d’amendes en cas de contrôle. Equipé d’un moteur de 360 W, l’engin est légalement considéré comme un cyclomoteur, au même titre qu’un scooter, et nul n’est censé ignorer la loi.

Pour circuler sur les voies publiques sans faire courir le risque d’une contravention à son conducteur, la draisienne devrait donc être immatriculée afin de respecter la réglementation. Ce qui, pour le moment, n’est pas le cas. Par ailleurs, si elle venait à être en conformité avec la loi, le pilote de la draisienne devrait impérativement porter un casque et des gants homologués pour les deux-roues motorisés. Sans oublier l’obligation d’être assuré et d’avoir décroché un brevet de sécurité ou permis AM.

Demande d’un « régime dérogatoire »

Carrefour, qui précise bien que sa draisienne n’a pas vocation à être utilisée sur la voie publique, n’est pas la première chaîne de magasins à proposer un tel véhicule. Boulanger, Auchan, la Fnac, Darty, mais aussi Conforama, en vendent également. Alors, du côté de la Fédération des professionnels de la micro-mobilité (FPMM) on se mobilise dans le but d’obtenir un « régime dérogatoire, afin que ces draisiennes soient exonérées d’immatriculation », indique BFMTV.

La fédération assure qu’elle travaille main dans la main « avec les ministères des Transports et de l’Intérieur pour obtenir un régime dérogatoire », pour que les propriétaires actuels et à venir d’une draisienne puissent l’utiliser pour leurs déplacements.