Se connecter S’abonner

La « grande pauvreté » touche près de 2 millions de personnes en France

1,9 millions de personnes sont touchés par la « grande pauvreté » en France selon une étude de l’Insee, un phénomène qui concerne 2,4% de la population.

pauvreté

En France, 1,9 million de personnes sont frappées par la « grande pauvreté », c’est-à-dire qu’elles vivent avec moins de 930 euros par mois pour une personne seule. Elles subissent en même temps de nombreuses « privations matérielles et sociales », a calculé l’Insee dans une étude publiée jeudi 27 mai. Ce phénomène concerne 2,4% de la population – hors Mayotte -, une « proportion relativement stable sur 10 ans », relève l’Insee, qui se base sur des données remontant à 2018. La France est ainsi dans une position « médiane » en Europe, entre des pays comme la Suède, le Danemark, la Finlande ou les Pays-Bas, où la grande pauvreté concerne moins de 1% de la population, et la Roumanie, où ce taux atteint 11%.

Les enfants et adolescents « surreprésentés »

La grande pauvreté est « souvent durable », selon l’institut statistique: parmi les particulièrement pauvres, 25% le sont toujours au bout de trois ans et plus de 60% connaissent toujours au moins une forme de pauvreté, matérielle ou monétaire. Si la pauvreté est le plus souvent définie comme le fait de gagner moins de 60% du niveau de vie médian (14,5% de la population est dans ce cas en 2019), la « grande pauvreté » se base sur un autre seuil, à 50% du niveau de vie médian, auquel on ajoute le fait de subir au moins 7 privations dans sa vie quotidienne, parmi une liste de 13 relatives au logement, aux loisirs, etc.

Ainsi, 81% des personnes en grande pauvreté déclarent ne pas pouvoir s’acheter de vêtements neufs et près de 90% disent ne pas pouvoir s’offrir une semaine de vacances ou une activité régulière de loisirs. Les enfants et adolescents sont « surreprésentés » dans la grande pauvreté: ils comptent pour 20% de la population générale, mais pour 35% des plus pauvres.

Les départements d’outre-mer particulièrement touchés

Si, logiquement, le phénomène touche beaucoup les chômeurs, ainsi que les inactifs qui ne sont ni retraités ni étudiants, il n’épargne cependant pas les travailleurs: un tiers des très pauvres est en emploi, « dont une grande part d’ouvriers et de personnes travaillant à temps partiel ou de manière discontinue dans l’année », relève l’Insee.

Le phénomène est particulièrement prégnant dans les départements d’outre-mer: la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et la Réunion comptent ensemble pour 14% de tous les très pauvres, et Mayotte, à elle seule, pour 10%. Dans ce dernier département, où 40% des logements sont en tôle, les trois quarts de la population vivent sous le seuil de 50% du revenu médian national. « Même si le statut de privation matérielle et sociale ne peut pas être précisément mesuré » pour cette population, la « quasi-totalité » de ces pauvres sont « très vraisemblablement » frappés par la « grande pauvreté », estime l’Insee.