Se connecter S’abonner

Réforme de l’assurance chômage : certains départements seraient-ils plus lourdement impactés ?

Certains départements, comme le Pas-de-Calais, les Bouches-du-Rhône ou encore la Seine-Saint-Denis seraient plus impactés par la réforme de l’assurance chômage entrant en vigueur le 1er juillet prochain.

chômage
Crédit : iStock.

La réforme de l’assurance chômage doit entrer en vigueur le 1er juillet 2021. Opposé au décret du gouvernement, le Parti socialiste (PS) a présenté mardi 8 juin une carte de France présentant l’impact de la mesure sur les départements, devant une agence Pôle Emploi d’Aubervilliers. Comme les syndicats de salariés avant lui, le PS s’est appuyé sur une étude d’impact réalisée par l’Unédic en mars dernier, rapporte Le Monde. Le nouveau mode de calcul du Salaire journalier de référence (SJR) va faire baisser de 17% en moyenne les indemnités versées à 1,15 million de chômeurs. Dans certains départements, entre 25.000 et 30.000 personnes seraient concernées, par exemple dans le Pas-de-Calais, les Bouches-du-Rhône, la Seine-Saint-Denis, le Rhône, la Haute-Garonne, la Gironde ou encore à Paris, rapporte le quotidien.

C’est le département du Nord qui est le plus lourdement touché selon la carte présentée par le PS, avec 50.000 personnes concernées par le nouveau mode de calcul. « Ce sont dans les territoires où la situation de l’emploi est déjà dégradée qu’on réalise vraiment les dégâts humains qui se profilent », affirme Maxime des Gayets, secrétaire national aux grandes transitions du PS et qui a co-réalisé l’étude. Les socialistes dénoncent aussi l’impact de la réforme sur les jeunes de moins de 25 ans. Selon la note de l’Unédic, les 18-25 ans représenteront 30% des demandeurs d’emploi touchés par le décret. Là encore, certains départements souffriraient plus que d’autres, comme la Charente, le Cher, la Côte-d’Or ou encore la Sarthe.

Recours devant le conseil d’Etat

Les organisations syndicales Unsa, CFDT, CGT, Solidaires, FSU, Force Ouvrière et CFE-CGC ont déposé fin mai des recours devant le Conseil d’Etat contre la réforme de l’assurance chômage. Les juges ont un mois pour décider d’une éventuelle suspension du décret, qui entre en vigueur le 1er juillet prochain. Ensuite, ils pourront examiner le fond de la réforme et ils disposent de quatre mois pour le faire.