Se connecter S’abonner

Transport : deux nouveaux services de scooters partagés à Paris

En plus de Cityscoot et Lime, Yego et Cooltra s’implantent dans la capitale pour proposer des scooters à louer en service partagé.

Crédit: iStock.

Le nouveau venu s’appelle Yego : la marque propose à la location partagée des scooters électriques verts, qui sillonnent les rues de Paris depuis quelques jours. Le parc disponible sera bientôt de 1.000 véhicules, puis de « 1.500 à 2.000 » d’ici à la fin de l’année, a confié Tim Ougeot, cofondateur de la start-up, au Figaro, le 27 juin. Ces scooters sont déjà loués à Bordeaux et dans quatre villes espagnoles. Un autre acteur de la location partagée arrive aussi dans la capitale française : Cooltra, déjà présent dans six métropoles européennes. Il sera possible de louer ces scooters (pas uniquement électriques) et de payer à la minute d’utilisation. Dès le mois de septembre, l’entreprise mettra 2.000 scooters à disposition.

Paris compte déjà deux autres acteurs de location de scooters en libre-service : Cityscoot compte 3.800 engins et Lime, qui en aura 1.000 début juillet. Cette deuxième entreprise est arrivée il y a deux mois et demi, relève le quotidien. Mais plusieurs questions se posent quant aux places réservées à ces nouveaux scooters. « Le marché pourra-t-il absorber 4.000 scooters de plus ? Je ne sais pas », confie Bertrand Fleurose, PDG de Cityscoot, à nos confrères, glissant qu’il pourrait y avoir « un acteur de trop ».

Yego est le moins cher

Concernant les prix, Yego propose le service le moins cher, 36 centimes d’euros la minute, alors que les autres sont à 39 centimes d’euros. Il est possible d’avoir deux casques, comme Cooltra, alors que Cityscoot ne permet d’en avoir qu’un seul. Mais ce dernier dessert 17 villes du Grand Paris. De son côté, Lime est une plateforme commune à trois types de véhicules : en plus du scooter, on peut louer une trottinette ou un vélo électrique. Notez qu’il faut être titulaire du permis de conduire pour louer un scooter en libre-service ou du brevet de sécurité routière.