Se connecter S’abonner

Autoconsommation solaire : de nouvelles offres pour réduire sa facture d’électricité

Différents acteurs proposent des solutions pour installer facilement des panneaux solaires et couvrir une partie de sa consommation électrique. Revue de détail.

autoconsommation solaire
Crédit: iStock.

Installer des panneaux solaires sur le toit de sa maison n’a rien de nouveau. Mais la tendance qui se développe est celle de l’autoconsommation. Désormais, ce sont 110.000 familles qui produisent leur propre électricité et en consomment une partie. Elles étaient 3.000 en 2015 et, selon le courtier Effy, le chiffre de 4 millions pourrait être atteint en 2030. Bonne nouvelle, vous pouvez aujourd’hui vous équiper sans avoir à mettre un ticket d’entrée trop élevé et sans que l’installation soit compliquée à réaliser grâce aux kits.

Quels prix ?

Plusieurs acteurs proposent des solutions dédiées à l’autoconsommation à des prix plus ou moins abordables. Chez Ikea, le tarif démarre à 6 990 euros pour 6 panneaux de 310 Wc, installation comprise ainsi que la garantie de production et SAV pendant cinq ans. Chez Effy, une nouvelle offre est elle aussi commercialisée à moins de 7.000 euros ( à partir de 6 490 euros). La start up franco-norvégienne In Sun We Trust a, elle, développé une offre de location sur vingt ans. Les tarifs vont, par exemple, de 55 euros/mois pour une installation de 3 kWc à 103 euros mensuels pour une puissance de 6 kWh. Le client a le choix, au bout de dix ans, de devenir propriétaire des panneaux solaires.

D’autres sociétés développent de leur côté des kits à monter soi-même. Les prix sont logiquement plus bas. Chez Ekwateur, les kits s’échelonnent de 599 euros (330 W) à 2.393 euros (1 980 W). L’aide à l’installation est facturée 51 euros/kit. Chez Beem Energy, société installée à Nantes, le kit de 300 W est à 680 euros jusqu’au 1er juillet 2021 (100 euros de plus ensuite).

Outre leur prix, les kits prêts à installer présentent l’avantage de la simplicité. Chez Beem Energy par exemple, le système est conçu pour être installé avec diverses configurations grâce à des fixations (au mur, au sol…). Il suffit ensuite de brancher les panneaux directement sur une prise électrique de la maison pour que l’électricité photovoltaïque soit directement injectée et consommée par les appareils du foyer. 

Est-ce rentable ?

L’intérêt premier de l’autoconsommation est de couvrir une partie de votre consommation d’électricité dès l’installation, et donc d’alléger votre facture. Un kit de 300 W de Beem Energy, par exemple, suffit pour alimenter la consommation des appareils qui sont branchés en permanence (réfrigérateur, box internet…). Ce qui correspond à 15% de la consommation d’électricité d’un ménage de 3 personnes et jusqu’à 80 euros économisés par an. Avec son offre, Effy, lui, garantit une production de 15 000 kWh sur cinq ans qui couvre jusqu’à 40 % de la facture annuelle. Un remboursement de 0,10 centime par kWh non produit est, par ailleurs, inscrit au contrat.

Des aides sont aussi allouées pour l’autoconsommation solaire. D’abord, une prime à l’investissement peut être obtenue, mais sous conditions : il faut une installation qui permette la revente du surplus d’électricité. Ce qui exclut de fait les kits de faible puissance à installer soi-même. Il faut également faire appel à un installateur qualifié RGE et le kit solaire doit être posé sur le toit. Exit donc les installations au sol ou sur un mur. La prime est dégressive et variable selon la puissance de l’installation, soit actuellement de 380 euros/kWc pour une puissance inférieure ou égale à 3 kWc à 80 €/kWc pour une puissance entre 36 et 100 kWc. Elle est versée directement par EDF Obligation d’Achat (entité habilitée à racheter votre électricité) les cinq premières années.

Ensuite, le taux de TVA passe à 10% pour les installations de moins de 3 kWh. Enfin, certaines régions/collectivités ont mis en place des coups de pouce locaux. A Toulouse, l’aide est de 25% du montant de l’installation avec un plafond de 15 000 euros.

Le réseau Faire a mis en ligne un outil qui permet d’évaluer la rentabilité de son installation.

Quelles formalités ?

Vous devez déclarer votre installation à Enedis directement en ligne. Il vous sera demandé de signer une convention d’autoconsommation. De plus, si vous installez vos panneaux à plus d’1,8 m de hauteur, il faudra obtenir une autorisation préalable en mairie.