Se connecter S’abonner

Entreprises : les patrons français sont optimistes !

Une majorité de dirigeants d’entreprises, soit 81%, sont positifs sur la reprise de l’activité économique en France, selon un sondage.

placement pro
Confident businessman imagine himself a powerful hero, casting shadow of big strong muscular bodybuilder showing his biceps. Inner strength, leadership qualities. Business development.

L’optimisme est de mise pour les chefs d’entreprise. Ils sont une majorité (81%) à être positifs quant au retour de la croissance et de la reprise de leur activité, qu’ils soient patrons de grandes ou de petites sociétés. Selon le quatrième baromètre des dirigeants, publié le 1er juillet par Viavoice pour l’exploratoire Sopra Steria Next, Les Echos et Radio Classique, ils sont plus de la moitié à vouloir maintenir les effectifs au sein de leur entreprise. De plus, 31% sont prêts à recruter, soit un peu plus qu’en mars dernier (25%). « L’incertitude a pris le pouvoir dans l’esprit des décideurs. Ils ont intégré la volatilité de leur environnement », commente auprès des Echos Christian Boghos, cofondateur du groupe Les Temps Nouveaux, filiale de Viavoice.

Les dirigeants des grandes entreprises, soit plus de 250 salariés, seraient donc plus prudents sur les embauches. En effet, ils recruteraient des personnes en CDI pour leurs compétences rares, mais ils privilégieraient des contrats courts pour les autres postes, et même des recrutements de stagiaires. A contrario, les chefs de PME sont plus enclins à recruter en CDI. Les formations restent une priorité pour tous les patrons, quelle que soit la taille de l’entreprise, lorsqu’il s’agit de recrutement, ainsi que la diversification des origines et des parcours.

Les PME plus frileuses sur le télétravail

Autre enseignement de ce baromètre, les patrons sont frileux quand il s’agit de pérenniser le télétravail. Ainsi, 23% des répondants se disent prêts à l’installer durablement, alors qu’ils étaient 29% en mars dernier. Ce sont les entreprises de plus de 1.000 salariés qui y sont le plus favorables, en signant des accords collectifs sur la question, alors que les PME sont plus réfractaires. Par ailleurs, les préoccupations sociales et environnementales sont plus présentes chez les chefs d’entreprises qu’auparavant.