Se connecter S’abonner

Piratage de 40 000 cartes bancaires françaises : comment agir si vous êtes victimes d’une fraude ?

Les numéros de plus d’un million de cartes bancaires ont été publiés par un hacker sur Internet. Alors que faire si vous êtes concerné ? Nos réponses.

hsbc france

Les 16 chiffres des cartes bancaires, leurs dates de validités, le code de vérification CVV, l’identité des propriétaires, etc. Un hacker a piraté les données de plus d’un million de cartes bancaires appartenant à des particuliers avant de les diffuser sur Internet. Une fraude mise au jour par Damien Bancal, un journaliste français traitant des articles au sujet de la délinquance informatique et fondateur du site Zataz, qui chiffre à quelque 46 325 le nombre de cartes bancaires françaises concernées par ce piratage de grande ampleur.

Si ces informations ont été piratées entre 2018 et 2019, certaines cartes bancaires sont encore valides. Cet “échantillon” gratuit sert de vitrine à la boutique en ligne, celle du hacker, qui proposerait de quoi utiliser 2,6 millions de cartes bancaires moyennant cinq euros par CB et met également en vente des numéros de sécurité sociale. Si vous êtes concernés par ce piratage ou un autre, vous devez faire opposition sur votre carte bancaire dès que vous constatez une fraude. Pour ce faire, contactez soit le serveur interbancaire au 0 892 705 705. Ce numéro est accessible 24h/24, 7 jours sur 7, mais est payant. Vous serez facturés 0,15 euro la minute que l’appel soit passé avec un fixe ou un mobile. Vous pouvez également contacter le numéro propre à votre banque. Il figure sur votre contrat, au dos des tickets de retrait et à côté des distributeurs de billets.

Déposer une plainte

Il est également conseillé de déclarer la fraude aux forces de l’ordre. Vous pouvez faire un signalement en ligne via le téléservice Perceval, ou porter plainte dans un commissariat ou une gendarmerie.

Puis, pour espérer obtenir un remboursement, vous disposez d’un délai de 13 mois après la date du débit frauduleux le pour signaler à votre banque. Ce délai est limité à 70 jours si l’établissement du bénéficiaire du paiement se situe hors de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen.

Pas besoin d’assurance spécifique

La banque devra vous rembourser immédiatement la somme débitée et les éventuels agios, selon le Code monétaire et financier. Aucune assurance spécifique n’est nécessaire pour bénéficier de cette disposition légale. Mais, dans certains cas, votre banque peut refuser de vous rembourser l’intégralité de la somme débitée. Vous pourrez ainsi être amené à prendre en charge une partie des pertes, à hauteur de 50 euros maximum, chiffre le Code monétaire et financier. Pour ce qui est du chargeback, ou rétrofacturation, il pourra également vous être remboursé, sous certaines conditions.