Se connecter S’abonner

Rénovation énergétique : les artisans trouvent les dispositifs publics d’incitation trop compliqués

Les artisans du bâtiment souhaiteraient être mieux informés en matière de dispositifs publics d’incitation à la rénovation énergétique, afin de mieux conseiller leurs clients en la matière.

rénovation énergétique
Crédit : iStock.

Efficaces, mais trop complexes. 66% des artisans du bâtiment considèrent les aides à la rénovation énergétique trop compliquées. Un avis partagé par 71% des Français, toutes professions confondues, indique une étude Opinion Way réalisée pour le compte de l’enseigne de matériaux BigMat. Publiée lundi 12 juillet, elle souligne que les professionnels aimeraient être mieux informés pour conseiller leurs clients en la matière.

Actuellement, seuls 46% des artisans du bâtiment pensent avoir suffisamment de connaissances pour accompagner leur clientèle. Et ils ne sont que 44% à se sentir légitimes pour en parler. Cette perception explique, qu’à ce stade, les différentes initiatives gouvernementales prises pour accélérer la rénovation des passoires thermiques ne sont perçues comme un levier de développement commercial que par 22% des professionnels.

Réticences de la part des clients

« Il est important de rappeler que dans l’immense majorité des cas, il s’agit de TPE voire d’indépendants déjà très sollicités. Dès lors, la charge administrative qui accompagne le déploiement de ces dispositifs et le temps nécessaire pour s’informer voire se former et in fine conseiller les particuliers manque cruellement », commente Fabio Rinaldi, président du directoire de BigMat France. Pour autant, il chiffre à 70% la part des artisans qui recommandent des solutions respectueuses de l’environnement à un moment ou un autre, « en écho à la vaste prise de conscience des enjeux climatiques dans le grand public ». Une étude publiée en 2019, précisait cependant ce pourcentage. Ainsi, les professionnels sont 18% à mettre en avant les solutions les plus « vertes » dans le cas où elles sont aussi efficaces que les autres, 13% dès lors que les clients ne sont pas réticents et 16% quand elles ne sont pas plus chères.

Selon le ministère de la Transition écologique, le secteur du bâtiment représente 44% de l’énergie consommée en France. Il émettrait chaque année plus de 123 millions de tonnes de CO2. Une quantité qui fait de lui un des domaines clé dans la lutte contre le réchauffement climatique et pour la transition énergétique, d’où la multiplication et la massification des aides financières pour la rénovation.