Se connecter S’abonner

Électricité et gaz : le démarchage à domicile des fournisseurs pointé du doigt

Alors que les particuliers sont nombreux à ignorer que le marché de l’électricité et du gaz est ouvert à la concurrence, le démarchage à domicile de certains fournisseurs d’énergie est dans le collimateur des autorités.

électricité

Les abonnés d’EDF et d’Engie sont nombreux à ignorer que le marché de l’énergie est ouvert à la concurrence depuis 2007. Afin d’y remédier, des fournisseurs d’énergie font du démarchage à domicile. Le but ? Convaincre les consommateurs de ne plus avoir recours aux tarifs réglementés de ventes historiques d’EDF pour l’électricité ou d’Engie pour le gaz, explique Le Figaro, ce lundi 16 août. 

Mais certains dérapages et pratiques liées au porte-à-porte sont dénoncés par le médiateur national de l’énergie, Olivier Challan Belval. « Des appels téléphoniques insistants, des visites inopinées au domicile, des discours insidieux, des informations tronquées, voire mensongères : malheureusement, les cas dans lesquels les démarcheurs abusent les consommateurs sont trop nombreux », analyse le Médiateur dans son dernier rapport sur le sujet, indique le quotidien. 

« Les services du médiateur de l’énergie sont même parfois témoins de pratiques qui s’avèrent réellement frauduleuses, par exemple lorsque le démarcheur se fait passer pour ce qu’il n’est pas, ment sur la réalité de l’offre faite, falsifie un contrat ou imite la signature d’un consommateur », précise-t-il. Ainsi, en 2020, le médiateur a été saisi 2.132 fois pour démarchage abusif. En 2019, ce chiffre s’élevait à 1.883, et en 2018 à 1.416.

Un code de déontologie

Face à cette situation, en juin dernier, les quatre fournisseurs verts, Planète OUI, Enercoop, Ilek et Plüm Energie ont appelé à ce qu’il n’y ait plus de démarchage dans leur secteur. « C’est nécessaire, pour que les dérives cessent et qu’on ne puisse plus associer l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie à ces pratiques condamnables », expliquent-ils.

Mais pour certains concurrents, il est difficile de faire sans. « Sur des marchés un peu immatures comme la fourniture d’électricité ou de gaz, nous avons besoin d’aller à la rencontre du consommateur », souligne Benoît Ignace, directeur général adjoint d’Eni, dans Le Figaro.  Cependant, face aux rappels du médiateur de l’Energie, le secteur affirme avoir pris la mesure du problème. Ainsi, l’Union française de l’électricité travaille à un code de déontologie.