Se connecter S’abonner

« La croissance doit profiter à tout le monde même les plus faibles, même les moins qualifiés », encourage Bruno Le Maire

Pour que la reprise économique profite à tous, Bruno Le Maire demande aux chefs d’entreprise d’améliorer les rémunérations et d’embaucher “massivement” des jeunes.

travail
Crédit: iStock.

L’économie française va bien et le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance aimerait que tout le monde profite de cette embellie matérialisée par la croissance. Invité des 4 Vérités sur France 2, lundi 23 août, Bruno Le Maire, qui s’exprimera mercredi à l’université d’été du Medef, a déclaré attendre des chefs d’entreprise, pour cette rentrée, « qu’ils embauchent massivement des jeunes, des apprentis ». « Il faut qu’on regarde ensemble quelle est la bonne solution que nous pouvons trouver pour remédier à cette difficulté aujourd’hui qui est celle du recrutement, trouver les emplois, les qualifications dont on a besoin », a-t-il ajouté, prônant également une « meilleure rémunération » pour « ceux qui ont les rémunérations les plus faibles ».

Le patron de Bercy a également abordé « un deuxième sujet ». Celui de « la meilleure rémunération de ceux qui ont les rémunérations les plus faibles. Il faut se reposer la question de la meilleure rémunération. Ça peut passer par les salaires, ça peut passer par les primes, ça peut passer par l’intéressement, la participation, l’actionnariat salarié, etc. », a-t-il listé, avant d’ajouter que « la croissance doit profiter à tout le monde, sans exception, même les plus faibles, même les moins qualifiés, tous ceux qui ont été aux avant-postes de la crise ».

Un taux de chômage à 8%

La semaine dernière, dans un entretien accordé à Ouest-France, Bruno Lemaire a précisé que « l’économie tourne à 99% de ses capacités par rapport à 2019 ». Un signe de reprise positif conjugué à un taux de chômage retombé à 8%, comme avant le début de la crise du Covid-19 et des prévisions d’une croissance de 6% dès la fin de 2021 au lieu du début de 2022, sauf reprise de l’épidémie.