Se connecter S’abonner

Aides aux entreprises : le gouvernement mise sur le cas par cas

Le ministre délégué chargé des Comptes publics a confirmé au micro de Radio J, ce lundi 30 août, la fin du « quoi qu’il en coûte », annoncé par Bruno Le Maire, au bénéfice d’une stratégie « sur-mesure ».

immobilier
Crédits: iStock.

Après avoir martelé pendant des mois qu’il soutiendrait la reprise économique « quoi qu’il en coûte », le gouvernement veut désormais faire « dans la dentelle » avec les entreprises, comme l’a indiqué Olivier Dussopt. Interrogé sur Radio J, le ministre délégué chargé des Comptes publics, commentait les déclarations de Bruno Le Maire, qui avait annoncé la semaine dernière un changement de stratégie pour passer à du « sur-mesure ». « Quand nous disons, avec le ministre de l’Economie, que c’est la fin du quoi qu’il en coûte, que nous allons répondre au cas par cas, c’est une façon de dire que nous allons faire de la dentelle plutôt que de l’aide massive », a-t-il expliqué. 

Des entreprises toujours en difficulté

Lors de la Rencontre des entrepreneurs de France du Medef, le 25 août dernier, Bruno Le Maire l’a assuré, le gouvernement n’a « pas compté l’argent public parce que c’était responsable de le faire ». Toutefois, la relance économique ayant porté ses fruits, avec des « perspectives de croissance à 6% », il est, selon lui, temps de mettre un terme au « quoi qu’il coûte ». Ce qu’Olivier Dussopt a confirmé en apportant des précisions : « Il y a des secteurs, peut-être même des territoires, plus touchés par la diminution du tourisme international que d’autres, qui rencontrent encore des difficultés. »

« L’Etat a pris sa part »

Le gouvernement se dit ainsi « prêt à aider » ces secteurs, qui continueront à bénéficier d’un « dispositif », mais « forcément transitoire ». Pour Olivier Dussopt, l’État a « pris sa part » et les entreprises doivent désormais « prendre leurs responsabilités dans le cadre de leur fonctionnement ». « Je pense qu’elles ont intérêt à donner de l’attractivité aux carrières qu’elles proposent », a-t-il poursuivi au micro de Radio J. Dans son sillage, Bruno Le Maire a annoncé, ce lundi 30 août, la fin du fonds de solidarité dès le 30 septembre, sauf en Outre-mer, où un confinement est toujours en vigueur en raison de la recrudescence de l’épidémie.