Se connecter S’abonner

Pass sanitaire : ce qui change pour les salariés ce lundi

À compter du lundi 30 août, les salariés des établissements recevant du public seront tenus de présenter leur pass sanitaire pour travailler, sous peine de suspension. Une source d’inquiétude pour les secteurs concernés.

Pass sanitaire
Crédit: iStock.

Nouvelle étape dans le déploiement du pass sanitaire. Après les clients, les salariés des secteurs des loisirs, de la culture, de la restauration, de la grande distribution ou encore des transports de longue distance seront eux aussi soumis au dispositif à compter du lundi 30 août. Les règles restent les mêmes : les employés devront pouvoir présenter un certificat de schéma vaccinal complet ou un test de dépistage négatif de moins de 72 heures. Au total, près de 2 millions de salariés sont concernés. 

Les difficultés liées au pass sanitaire

De quoi susciter quelques craintes du côté des employeurs. « Il est très compliqué d’anticiper combien de salariés disposeront du passe sanitaire au 30 août », avait par exemple estimé le DRH de Carrefour, Jérôme Nanty, interrogé par Le Figaro. D’autant plus que les salariés qui ne peuvent ou ne veulent pas présenter leur pass sanitaire s’exposent à une suspension, sans salaire ni chômage, comme l’avait indiqué la ministre du Travail, Elisabeth Borne, début août : « Ce n’est pas une rupture du contrat (de travail), donc il n’aura pas droit aux allocations-chômage. »

Des aménagements possibles

Avant cette sanction, le salarié et l’employeur ont toutefois plusieurs options, comme poser des jours de congé ou de RTT, de télétravailler à 100% ou encore « convenir d’une affectation temporaire sur un poste qui n’est pas soumis au pass sanitaire », avait également précisé Elisabeth Borne. Reste que les employeurs craignent des « situations inextricables, notamment chez les indépendants, dans la gestion des équipes », comme l’a souligné Virgile Caillet, délégué général de l’Union sport et cycle, le principal syndicat des loisirs sportifs marchands, auprès du Figaro.