Se connecter S’abonner

Entreprises : la rémunération des dirigeants de plus en plus contestée par les actionnaires

Au cours des assemblées générales, les contestations contre la rémunération des patrons sont de plus en plus nombreuses, selon le cabinet Georgeson.

salaires
Crédit : iStock.

Un petit vent de contestation. C’est ce qui gagne progressivement les assemblées générales des entreprises européennes, selon le rapport du cabinet Georgeson, rapporté par BFM Business vendredi 3 septembre. Le cabinet a étudié le nombre de résolutions ayant fait l’objet d’une dissidence « significative », c’est-à-dire qui ont été contestées par au moins 10% du total des voix.

Et parmi ces résolutions, les rémunérations ont provoqué le plus d’opposition. Ainsi, les votes négatifs en lien avec la rémunération des patrons ont augmenté de 18% par rapport à l’an dernier, note le rapport. Parmi les 7 plus grands pays européens, ce n’est pas en France que la contestation est la plus forte. En tête du classement, on retrouve en effet, l’Espagne, avec une opposition de plus de 60% des résolutions concernant les salaires avec au moins 10% de votes négatifs cette année, précise BFM Business. Un chiffre en augmentation d’un tiers par rapport à l’an dernier.

La France sur le podium

La Suisse prend ensuite la deuxième place du classement. La France, quant à elle, arrive à la troisième place du podium. Elle affiche plus de 40% de résolutions négatives, c’est-à-dire un peu plus que l’an dernier.

Mais alors quelle est la cause de cette fraude ? Les règles de calcul des bonus notamment, explique BFM Business. En effet, certaines entreprises ont décidé de les modifier afin de maintenir ou d’augmenter le niveau des salaires des dirigeants alors même que les entreprises voyaient leurs résultats se dégrader en raison de la crise du Covid-19.