Se connecter S’abonner

Chômage : un plan « inédit » pour les demandeurs de longue durée

Elisabeth Borne, la ministre du Travail, a dévoilé au Parisien le plan qui sera mis en place dès la fin du mois d’octobre pour encourager les entreprises à former les chômeurs de longue durée.

chômage
Crédit: iStock.

Annoncé par Jean Castex, le plan gouvernemental visant à aider les chômeurs de longue durée à retrouver un emploi a été détaillé par la ministre du Travail. Dans une interview accordée au Parisien, et publiée jeudi 16 septembre, Elisabeth Borne explique vouloir proposer « un plan inédit sur les chômeurs de longue durée ». Dans la pratique, des chefs d’entreprises ont des postes à pourvoir, mais ils ne trouvent pas de candidats compétents. L’idée serait de proposer à ces patrons de former des personnes au chômage depuis plus d’un an.

« Nous nous engageons à ce que tous les demandeurs d’emploi de longue durée soient recontactés par un conseiller de Pôle emploi d’ici la fin de l’année », assure la ministre au quotidien. Soit quelque 1,5 million de personnes. « Et nous allons développer la mise en situation en entreprise en donnant des moyens aux employeurs qui le souhaitent pour qu’ils forment ces demandeurs d’emploi au plus près de leurs besoins », poursuit-elle.

La formation pour réduire le chômage

Mais pour obtenir une aide financière de l’Etat, les entreprises devront proposer des formations longues de plusieurs mois. « Les contrats de professionnalisation seront aussi boostés pour ce public. Par ailleurs, j’ai demandé à Pôle emploi de sélectionner d’ici la fin du mois d’octobre toutes les bonnes pratiques locales qui pourraient être dupliquées et nous les financerons », annonce Elisabeth Borne.

Les moyens de Pôle emploi, qui avait bénéficié de renforts pendant la crise du Covid-19, seront maintenus pour mettre en œuvre ce plan visant à réduire le chômage de longue durée. Selon la ministre, la France comptait un chômeur sur dix formé au début du quinquennat d’Emmanuel Macron. Aujourd’hui, il y en aurait un sur six. Ce qui représente un investissement de 15 milliards d’euros depuis 2018.