Se connecter S’abonner

Pouvoir d’achat : 60% des Français jugent qu’il a baissé depuis l’élection d’Emmanuel Macron

Selon un sondage OpinionWay-Square pour « Les Echos », 58 % des Français considèrent que le Président n’a pas amélioré leur pouvoir d’achat depuis son élection en 2017.

consommation
Crédit: istock.

Alors que l’échéance de l’élection présidentielle de 2022 approche à grands pas, le Président de la République Emmanuel Macron a une nouvelle fois mis en avant son bilan économique. Il en a profité pour rappeler les actions menées avec son gouvernement en faveur du pouvoir d’achat des ménages, évoquant par exemple l’aide exceptionnelle supplémentaire qui sera accordée aux bénéficiaires du chèque énergie. Pourtant, selon un sondage OpinionWay-Square pour « Les Echos » et Radio Classique, 58% des Français estiment négative l’action économique d’Emmanuel Macron depuis 2017, rapportent Les Echos.

Frédéric Micheau, directeur général adjoint de l’institut de sondage analyse dans le quotidien : « C’est un classique de la Ve République pour une fin de mandat, d’une manière générale et depuis longtemps, les bilans sont jugés négatifs par plus des deux tiers de la population ». Pour rappel, ses prédécesseurs n’avaient pas fait mieux. En décembre 2016, François Hollande avait un bilan global jugé négatif par 78% des Français. Cinq ans plus tôt, celui de Nicolas Sarkozy était négatif pour 70% de la population. Et Frédéric Micheau de détailler : « Là, 40% jugent son action économique positive, alors même qu’une grande partie de son quinquennat a été empêchée par la crise sanitaire ».

Le pouvoir d’achat, sujet clé de 2022 ?

Selon Frédéric Micheau, cité par le média, cette perception de l’action présidentielle en matière d’économie, peut se corréler celle du pouvoir d’achat que les Français estiment en baisse. 56 % d’entre-eux jugent en effet que leur pouvoir d’achat a plutôt diminué pendant le quinquennat d’Emmanuel Macron. Le sentiment de perte de pouvoir d’achat est prégnant au sein des catégories populaires, des employés et des sympathisants des partis du Rassemblement national et de La France insoumise.

Cela pourrait peser dans l’élection présidentielle de 2022, quand on sait que 50 % des sondés estiment que la politique économique menée par le président a eu un impact positif sur le pouvoir d’achat des catégories aisées. Mais le bonheur des uns pourrait faire le malheur des autres car 56 % des personnes interrogées pensent que cet impact a été négatif sur le pouvoir d’achat des catégories populaires. 64 % jugent qu’il a été également négatif sur le pouvoir d’achat des classes moyennes, celles qui pèsent dans ce type d’élections. « On retrouve cette perception d’un président des riches, d’un quinquennat qui s’occupe plutôt des catégories aisées et moins de la grande masse des travailleurs. Cela renvoie à la période des « Gilets jaunes » qui a donné une coloration à son quinquennat », analyse Frédéric Micheau dans Les Echos.

« Point de fragilité »

Pourtant, la politique économique du président semble avoir convaincu sur les aides aux entreprises pendant la pandémie de coronavirus (une bonne chose pour 87 %), la suppression de la taxe d’habitation (80 %) et le prélèvement à la source (80 %).Une majorité de sondés (58 %) continue de soutenir la réforme de l’assurance-chômage. En revanche, seuls 31% continuent de supporter la réforme de l’ISF qui a été mise en place au début du quinquennat.

Malgré ce qui est qualifié par Frédéric Micheau de « point de fragilité sur le pouvoir d’achat », le directeur général adjoint de l’institut de sondage estime qu’aucun de ses concurrents déclarés à l’élection présidentielle « ne rivalise en matière économique avec Emmanuel Macron, élu en grande partie sur son expertise en la matière et ses promesses de réformes ». Dans le même sondage, 19 % des Français estiment que Marine Le Pen ferait mieux, mais 47 % qu’elle ferait moins bien. Juste derrière, on retrouve Xavier Bertrand et Valérie Pécresse qui obtiennent le plus de réponses « ni mieux, ni moins bien » (60 % et 59 %).