Se connecter S’abonner

Covid-19 : combien l’épidémie a-t-elle coûté à la France ?

Afin de faire face à la crise de coronavirus dans l’Hexagone, l’État français n’a pas lésiné sur les dépenses, rapporte La Tribune.

Livret A
Crédit: iStock.

Pandémie de longue durée, addition salée. Après plus d’un an et demi de crise sanitaire liée au Covid-19, l’heure est aux comptes pour la France, qui, à l’image des autres pays du monde, tente peu à peu de retrouver ses habitudes d’avant-crise. Pour faire face à cette situation exceptionnelle, l’État français a ainsi dû mettre les petits plats dans les grands, ne lésinant pas sur les budgets. Invité sur la chaîne CNEWS dimanche 26 septembre, le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt, a dévoilé le coût total de l’épidémie dans le pays, rapporte La Tribune.

Une dette d’environ 165 milliards d’euros amortie sur vingt ans 

Sur le plateau de télévision, Olivier Dussopt a expliqué que la crise sanitaire liée au Covid-19 en France aurait coûté au total entre 170 et 200 milliards d’euros à l’État. Cette fourchette correspond à l’addition des dépenses exceptionnelles et autres pertes de recettes entre 2020 et 2021, a précisé le ministre des Comptes publics dont nos confrères se font l’écho. La pandémie a coûté plus de 70 milliards d’euros de dépenses exceptionnelles en 2020, et plus de 70 milliards de dépenses en 2021, a-t-il détaillé. « C’est aussi des pertes de recettes, car l’activité économique s’est arrêtée », a-t-il ajouté, avec un manque à gagner de plusieurs dizaines de milliards d’euros.

Rappelant que l’estimation de la dette Covid avoisine les 165 milliards d’euros, Olivier Dussopt a relayé les prévisions de Bercy qui chiffrent le déficit public à hauteur « de plus de 9% du PIB en 2020 et de 8,4% en 2021 » avant d’indiquer souhaiter le ramener « à moins de 5% » en 2022.  Mercredi de la même semaine, le gouvernement avait présenté son budget pour l’année 2022. Après avoir dépensé sans compter pour faire face au virus, il a promis d’amortir la dette liée à la période sur vingt ans, jusqu’en 2042.