Se connecter S’abonner

Augmentation du gaz : les pistes pour réduire la facture

TVA réduite, prélèvements sur les taxes, règles du marché à l’international : les députés planchent sur des propositions pour amortir la hausse du gaz.

Gaz

La hausse du prix de l’énergie enflamme la classe politique. Au 1er octobre, les tarifs réglementés du gaz vont bondir de 12,6%, alourdissant encore la facture énergétique des Français, qui n’a cessé d’augmenter depuis le début de l’année. Alors, pendant que le gouvernement « travaille à des mesures supplémentaires » pour tenter d’amortir la flambée, comme l’a assuré Gabriel Attal sur Europe 1, mardi 28 septembre, dans les couloirs de l’Assemblée nationale, chacun y va aussi de sa proposition, rapporte Franceinfo. 

L’électricité et le gaz, des biens de première nécessité

Dans le viseur de la gauche, la TVA, ni plus ni moins. Pour Sébastien Jumel, par exemple, il faut « bloquer les prix du gaz et de l’énergie, notamment en revenant à une TVA à taux réduit ». « Nous considérons que l’énergie est un bien de première nécessité », explique le député Gauche démocrate et républicaine (GDR) de la 6e circonscription de Seine-Maritime, interrogé par Franceinfo. Et d’enfoncer le clou, sur Twitter : « L’explosion des tarifs de l’énergie, pour les classes populaires, c’est le refroidissement climatique. » 

Du côté du Modem, le député des Yvelines, Bruno Millienne, veut « enlever la taxe sur la taxe », selon la proposition de l’UFC-Que Choisir, qui a appelé à mettre fin à « l’aberration fiscale » consistant à « prendre de la TVA sur les taxes ». En d’autres termes, précise Franceinfo, mettre un terme au prélèvement de la TVA sur les 30% de taxes déjà incluses dans le prix du gaz. 

S’attaquer aux règles du marché

Mais pour Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI et député de Seine-Saint-Denis, il faut surtout prendre le problème à la racine : « Le prix du gaz est corrélé au marché du pétrole, alors que les coûts d’extraction du pétrole et les volumes extraits ne sont pas les mêmes. Son prix monte quand la Russie a décidé de faire une manipulation, ou quand l’Arabie saoudite a besoin de telle ou telle chose. La France achète le gaz aux Algériens, ça n’a strictement rien à voir, mais son tarif va quand même augmenter. »