Se connecter S’abonner

Équipement hivernal des véhicules : encore un an de souplesse

Le secrétaire d’Etat à la ruralité a donné quelques précisions concernant la loi Montagne II qui entre en vigueur le 1er novembre pour une première application à l’automne 2022.

Crédit: iStock.

Voilà un délai supplémentaire que devraient apprécier tous les Français vivant en région montagneuse. La loi Montagne II, qui impose aux automobilistes circulant dans 48 départements de montagne d’orner leurs véhicules pour anticiper les épisodes neigeux, et qui entre en vigueur à compter du 1er novembre 2021, sera réellement mise en place fin 2022, explique Le Parisien. En d’autres termes, le gouvernement a précisé lundi 4 octobre 2021 que les automobilistes concernés vont encore bénéficier d’une année de souplesse, et qu’ils ne seraient pas amendés avant l’automne prochain.

Le texte prévoit que les conducteurs possèdent des chaînes ou des chaussettes pour pneus dans le coffre de leur véhicule. Aussi, il préconise aux automobilistes d’équiper directement leurs voitures de pneus neige si leur mise en place est nécessaire, et ce du 1er novembre au 31 mars 2022. « La première année d’application de la mesure sera pédagogique. Il n’y aura donc pas de sanction », argumente Joël Giraud, le secrétaire d’État à la Ruralité dans les colonnes de L’Est Républicain. « La sanction ne prendra effet qu’au 1er novembre 2022 », poursuit-il. La décision concernant cet équipement hivernal a été confirmée par un communiqué du ministère de l’Intérieur.

Un équipement hivernal multiple

Avant la mise en place réelle de cette loi Montagne II, les automobilistes qui ne sont pas encore équipés pourront se faire réprimander, tout au plus. La seule exception qui pourrait contrevenir à cette année de battement serait la prise d’un arrêté spécifique sur un certain itinéraire, à l’initiative d’un préfet, « parce qu’on annonce des trombes de neige et qu’il est impératif d’être équipé pour rouler, là ce sera bien sûr sanctionnable », explique Joël Giraud. Le secrétaire d’État à la Ruralité, dont les propos sont relayés par Le Parisien, en profite pour rappeler aux Français qu’il existe d’autres alternatives – moins coûteuses – pour être dans les règles : « Le décret est clair : il s’agit d’avoir dans les zones concernées des équipements spéciaux, que ce soit des chaînes ou des chaussettes embarquées dans le coffre de la voiture, ou effectivement des pneus neige voire quatre saisons. »