Se connecter S’abonner

Réforme de l’assurance chômage : les comptes du régime à nouveau dans le vert en 2022

100 millions d’euros, c’est l’excédent espéré par le gouvernement pour les comptes du régime d’assurance chômage l’an prochain, grâce au dynamisme du marché de l’emploi et à la réforme en cours.

assurance-chômage
Crédit : Vincent Loison/SIPA.

Le marché du travail se portant mieux, les mesures d’urgence passées et la réforme en cours, le régime de l’assurance chômage devrait enregistrer un excédent de 100 millions d’euros l’an prochain. Ce sont les prévisions financières de l’exécutif dans le cadre de la préparation du budget pour 2022, souligne le quotidien Les Echos le 4 octobre. Concernant le dernier point, la réforme de l’indemnisation entrera pleinement en vigueur le 1er décembre prochain. L’Unédic doit encore actualiser ses prévisions, mais ce surplus serait le premier depuis 2008 et la crise financière, selon le rapport économique, social et financier annexé au projet de loi de finances pour 2022 et consulté par nos confrères.

Toutefois, ce chiffre de 100 millions d’euros pourrait être révisé à la hausse, car les prévisions du nombre de salariés en emploi sont meilleures que prévu. Avec la reprise économique, les dépenses d’allocation diminuent et les recettes de cotisation augmentent. Les comptes de l’assurance chômage afficheront encore un déficit de 12 milliards d’euros cette année, même si les recettes vont augmenter (3,7 milliards) et que les dépenses vont baisser (1,7 milliard).

Dette colossale

L’an dernier, la tendance était inverse et l’exercice 2020 de l’Unédic a affiché un déficit de 17,4 milliards d’euros, soit un record. La faute au financement de l’activité partielle ou encore aux mesures d’urgence décidées en raison de la pandémie de Covid-19. La réforme devrait engendrer des économies de 500 millions d’euros en 2021, contre 2,2 milliards initialement prévus. En effet, elle a été reportée à plusieurs reprises.

Pour 2022, l’association paritaire gérant le régime d’assurance chômage prévoyait en juin dernier un déficit de 2,4 milliards d’euros, allant dans le sens inverse du gouvernement et de ses 100 millions d’euros d’excédent. La dette aussi fait l’objet de désaccord, puisque l’exécutif parle de 66,1 milliards d’euros et que l’Unédic prévoit 69 milliards d’euros. En 2019, elle était de 36,8 milliards d’euros.