Se connecter S’abonner

Le plan d’investissement France 2030 devrait créer 45 milliards d’euros de richesse

Le président de la République a présenté un plan d’investissement mardi 12 octobre qui permettrait la création de « dizaines de milliers d’emplois ».

Bercy
Crédits: iStock.

« France 2030 » est un vaste plan d’investissement de 30 milliards d’euros présenté par le chef de l’Etat mardi 12 octobre. Il devrait créer « 45 milliards d’euros de richesse supplémentaire » selon Bruno Le Maire, dans une interview au Parisien. « Nous évaluons que chaque euro investi dans ce plan rapportera 1,50 euro de richesse supplémentaire », a commenté le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance. De plus, « des dizaines de milliers d’emplois » seraient créées selon lui. Parmi les secteurs-clés concerné par ce plan, le nucléaire, la cybersécurité ou encore l’intelligence artificielle. Les filières existantes, comme l’industrie automobile qui bascule du thermique à l’électrique, seraient renforcées.

De plus, des nouvelles filières seraient créées dans l’hydrogène, les biotechnologies ou encore les semi-conducteurs. « Enfin, nous investissons dans des domaines où les résultats sont incertains, mais où la France doit continuer à jouer les premiers rôles, comme l’informatique quantique, le spatial ou les nouveaux réacteurs nucléaires innovants », a complété Bruno Le Maire. La moitié des financements sera allouée à des start-up et des PME. Entre trois et quatre milliards d’euros de crédits seront ouverts dès 2022.

Scénario plausible

Pour les économistes, le scénario est plausible. « On est en période de sortie de récession et de taux d’intérêt bas, ce qui favorise les multiplicateurs élevés », commente Ludovic Subran, chef économiste du groupe Allianz. « Si l’argent est bien dépensé, c’est envisageable », a-t-il précisé aux Echos le 13 octobre. Même son de cloche du côté de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Le PIB pourrait augmenter de 1,7 point sur cinq ans (0,3 point par an) selon les calculs d’Eric Heyer, directeur du département analyse et prévision.

En revanche, le plan France 2030 n’aurait pas d’impact important sur le déficit public. Le ministre de l’Economie assure toutefois que « c’est le moment d’investir, car les taux d’intérêt sont bas. Cela ne change pas la trajectoire que nous nous sommes fixée, repasser sous les 3% de déficit public en 2027 pour réduire la dette », a-t-il encore ajouté, faisant référence aux réformes de structures qui accompagnent les investissements de croissance, comme celles de l’assurance chômage et des retraites.