Se connecter S’abonner

Dépenses contraintes : quel poids pèsent-elles dans le budget des Français ?

Assurance, téléphonie, électricité ou gaz… Ces dépenses contraintes se chiffrent de manière plus ou moins importante dans le budget des Français. Lesfurets.com et CSA Research ont mené une étude sur ce sujet.

pouvoir d'achat
Crédit : iStock.

C’est un rituel qui se reproduit à chaque début de mois. Ou en tout cas à échéance très régulière selon un mécanisme mis en place par vous-même. Ainsi, pour payer l’électricité, le loyer ou le crédit, l’essence, la mutuelle, les forfaits téléphoniques et internet, des sommes sont prélevées automatiquement sur votre compte. Ces charges sont des dépenses contraintes : c’est-à-dire qu’elles ne résultent pas de choix privés comme par exemple un abonnement Amazon Prime ou une sortie au cinéma. Lesfurets.com et l’institut CSA Research ont mené l’enquête.

Dépenses contraintes : le budget logement occupe la 1ère place

Le premier constat est pour le moins surprenant. Ainsi, nous apprenons que ces dépenses contraintes pèsent en moyenne 1.059 euros par mois. Soit « près de 35 % des revenus net en moyenne » selon Rami Karam, directeur général du comparateur LesFurets. Si ces charges imposées n’augmentent que très peu ces derniers mois, le budget des ménages a été fortement impacté par l’augmentation des prix des biens de consommation. Pourtant, depuis dix ans, le montant des salaires n’évolue pas à la hausse dans l’Hexagone, selon l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Ainsi, les charges courantes limitent le pouvoir d’achat des Français.

En tête des onze dépenses incompressibles listées par le comparateur et l’institut, on retrouve le logement. Il s’agit du poste de référence qui a le plus augmenté durant la dernière décennie. S’il est possible de réaliser des travaux de rénovation pour faire baisser la facture, il est impossible d’agir sur la dépense. Aussi, il faudra observer l’argent restant pour vivre une fois les prélèvements effectués.

Des dépenses incompressibles au cas par cas

Selon l’étude, la catégorie des 18-34 ans CSP + est celle pour qui le montant moyen des dépenses contraintes est le plus important. Ils payent ainsi 1.511 euros par mois, ce qui représente 43 % de leur revenu net moyens. Viennent ensuite les couples avec deux enfants. Ils doivent débourser 1.487 euros par mois, soit 40 % de leur budget mensuel. Une somme qui évolue selon le lieu d’habitation (l’Île-de-France, les Hauts-de-France et l’Occitanie constituent le podium des trois régions où les dépenses contraintes sont les plus élevées), et selon la classe d’âge.

Ainsi, en queue de peloton, ce sont les retraités qui sont les moins impactés. En effet, leurs charges incompressibles mensuelles s’élèvent à 840 euros par mois. Soit 26 % en moyenne du montant de leur retraite. « Parmi les Français qui ont terminé de rembourser leur crédit immobilier, les retraités sont surreprésentés. D’autres vivent dans des logements moins spacieux et ont donc naturellement moins de frais chaque mois », justifie Rami Karam. Il précise néanmoins que certaines charges de cette tranche d’âge augmentent considérablement. C’est le cas de la mutuelle. En effet, plus on vieillit, plus on est sujet à des problèmes de santé. De plus, la prise en charge par l’employeur disparait à la retraite.

Partant de ce constat détaillé, beaucoup de Français ont envie de changement. Ainsi, ils sont 91% de sondés à se dire favorables à une « baisse des taxes » sur les dépenses inévitables. Un gel des prix pour les dépenses inévitables serait plébiscité par 88 % des interrogés. Enfin, 74% des Français du même échantillon serait en faveur d’une aide financière gouvernementale directe à destination des ménages les plus modestes afin d’éviter les dépenses contraintes.