Se connecter S’abonner

Les investissements étrangers seront encore contrôlés pendant un an

Les entreprises stratégiques françaises seront encore protégées, avec le prolongement d’un an du contrôle renforcé des investissements étrangers.

croissance
Crédit : iStock.

Instauré en avril 2020, le renforcement du contrôle des investissements étrangers est prolongé d’un an, jusqu’au 31 décembre 2022. « Aujourd’hui, nous contrôlons les investissements étrangers […] hors Union européenne en France. Vous avez un entrepreneur, il peut être chinois ou américain, qui décide d’investir dans des technologies sensibles […] comme les biotechnologies, les réseaux de communication, l’alimentation, nous veillons à ce qu’il ne prenne pas le contrôle », a précisé le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, sur France 2 le lundi 29 novembre. Avant la crise, le seuil de prise de participation nécessitant le contrôle de l’Etat était de 25%, il a été abaissé à 10%. « Ce seuil abaissé à 10% devait prendre fin le 31 décembre, je le prolonge d’une année supplémentaire », a ajouté le ministre.

Le gouvernement craint en effet qu’au lendemain de la crise sanitaire, un certain nombre d’entreprises soient fragilisées et se retrouvent entre les mains d’investisseurs étrangers. « On risque de perdre un certain nombre de compétences, de technologies, de savoir-faire » a encore précisé Bruno Le Maire.« Ma responsabilité de ministre de l’Économie et des Finances, c’est de protéger les technologies françaises, protéger les entreprises les plus stratégiques, protéger des secteurs », a expliqué le ministre à l’antenne. 

Wish encore référencé

Concernant le déréférencement de Wish, ordonné la semaine dernière, et toujours sans effet, Bruno Le Maire s’est montré ferme à l’encontre des plateformes numériques qui continuent de référencer le site de vente en ligne. « Je leur laisse encore quelques jours, le bénéfice du doute, mais pas plus. Ensuite, c’est très simple, je porterai l’affaire devant la justice, et [elles] seront condamnées », a menacé le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance. Bruno Le Maire a avancé la protection du consommateur comme argument principal pour le déréférencement du site. Par ailleurs, il a rappelé que si le site Wish ne respectait pas ces règles, il serait interdit en France.