Se connecter S’abonner

Budget : le gouvernement demande plus de rigueur à la ville de Paris

Bercy a envoyé un courrier à la maire de Paris, Anne Hidalgo, pour lui demander d’appliquer plus de rigueur dans sa gestion du budget de la ville.

Crédit : ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA/1906261440

La ville de Paris boucle son budget pour 2022 et elle se prend un avertissement. Celui-ci vient du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance. La lettre parle de la dérogation dont bénéficie la capitale depuis 2016. Il s’agit d’une disposition, celle des « loyers capitalisés », qui lui permet de percevoir les loyers des bailleurs sociaux en une seule fois sur un an, alors qu’ils les perçoivent eux-mêmes sur plusieurs années. Ainsi, la ville peut équilibrer son budget courant grâce à ces sommes, ce qui avait déjà été dénoncé par la Cour des comptes, rappelle Le Parisien le 29 novembre. « La Ville de Paris est la seule commune à disposer de cette dérogation », écrivent le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt, et son homologue de la Cohésion territoriale et des Relations avec les collectivités territoriales, Jacqueline Gourault.

Dans leur courrier, les ministres soulignent que la mairie a inscrit « plus de 1,2 milliard d’euros en recettes de fonctionnement », c’est-à-dire l’équivalent de « la baisse totale de dotation de fonctionnement observée depuis 2014 (1,09 milliard d’euros de moins entre 2014 et 2017 et 93 millions de moins entre 2017 et 2021) ». Bercy rappelle que la ville de Paris devait mettre un terme à ces dérogations en 2020 « au plus tard ». La dette de plus de 7 milliards d’euros est pointée du doigt, alors que son montant était de 2,8 milliards d’euros en 2010 et de 4,6 milliards en 2015, précisent nos confrères.

Autorisation accordée

La maire du 7e arrondissement de Paris, Rachida Dati, chef de file de l’opposition de droite, a écrit au gouvernement et au préfet de Paris, Marc Guillaume, demandant la mise sous tutelle de la capitale, indique le quotidien. Toutefois, les ministres autorisent la ville à utiliser le dispositif de loyers capitalisés pour boucler son budget 2022, débattu à la mi-décembre au Conseil de Paris. Ils se disent convaincus des « conséquences de la crise sanitaire sur les finances de la ville », mais préviennent déjà que cette dérogation ne sera plus accordée par la suite. Sauf si l’exécutif change à l’occasion de la prochaine élection présidentielle l’an prochain et qu’il revient sur cette décision.