Se connecter S’abonner

Energie : une facture de 30 euros supplémentaires en moyenne sur un mois

D’après l’Insee, le budget consacré au règlement des factures liées à l’énergie en octobre 2021 a gonflé en moyenne de 30 euros par ménage, en comparaison à novembre 2019. Détails.

chèque alimentaire
Crédit : iStock.

L’énergie pèse de plus en plus lourd dans le budget des ménages français. Ainsi, sur le mois d’octobre 2021, chacun d’entre eux aurait payé en moyenne 30 euros de plus qu’il y a deux ans sur la facture finale des dépenses liées au gaz, à l’électricité et aux carburants, selon une note de conjoncture publiée mardi 14 décembre 2021 par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et relayée par Le Parisien. Et l’addition se sale à mesure que vous vous éloignez d’une grande ville. En fait, la distance implique des trajets plus longs et une desserte moins dense. Par conséquent, la voiture est davantage utilisée ce qui implique pour ces usagers, toujours au regard de la même étude, une dépense d’énergie supplémentaire moyenne de 43 euros, dont 18 euros destinés à l’achat de carburant. 

Mais la facture ne s’est pas alourdie de la même manière en Île-de-France où les distances sont plus courtes et l’offre de transports en commun plus importante. Un ménage francilien a d’ailleurs dépensé 30,2 euros supplémentaires pour honorer ses diverses factures liées à l’énergie. Il a, dans le détail, dû régler huit euros supplémentaires pour pouvoir mettre du carburant dans sa voiture. Les villes moyennes ont, elles, vu leur facture d’énergie s’envoler de 36 euros supplémentaires. Corrélant la hausse des factures liées à l’énergie au niveau de vie, l’Insee explique que les ménages les plus modestes ont vu leurs factures gonfler de 22,7 euros en moyenne alors qu’elle a augmenté de 53 euros pour les ménages les plus aisés.

Des aides pour faire face à la hausse des prix de l’énergie

Afin d’aider les Français à surmonter cette hausse des prix de l’énergie, le gouvernement a, par deux fois, annoncé des coups de pouce. D’abord en proposant à 5,8 millions de ménages un chèque énergie, compris entre 48 et 277 euros, selon les revenus. Mais aussi grâce à un complément de 100 euros pour ces mêmes bénéficiaires. Aussi, le chèque inflation, d’une valeur de 100 euros également, devrait soulager les ménages de l’Hexagone sur ce sujet précis. Elle sera versée à 38 millions de Français qui gagnent une somme inférieure à 2.000 euros net par mois. Malgré tout, dans la même note diffusée par Le Parisien, l’Insee ne nie pas la possibilité d’une baisse du pouvoir d’achat à hauteur de 0,5% sur les six premiers mois de 2022. 

Enfin, si l’on observe la proportion des dépenses liées à l’énergie dans le budget mensuel d’un ménage, on constate qu’elle s’élevait à 8,9 % au troisième trimestre 2021, contre 8,5 % en moyenne sur les quinze dernières années. Des chiffres qui n’égalent toujours pas les records établis en 2013, année durant laquelle le baril du pétrole coûtait plus de 75 euros. De cette manière, pour honorer ses factures liées à l’énergie, le consommateur consacrait 9.6% de son budget mensuel.