Se connecter S’abonner

Assurance auto : les primes diminuent après quatre ans consécutifs de hausse

Ces derniers mois, l’inflation n’a pas épargné les automobilistes qui se sont retrouvés face à des hausses consécutives des carburants, réparations et autres péages. Que les conducteurs se réjouissent, le prix de l’assurance auto, lui, a diminué. Explications.

indemnité kilométrique
Crédit: iStock.

Posséder une voiture a un coût. Et, si pour 2022, les prévisions évoquent une augmentation du budget que les automobilistes consacrent à leur véhicule, ce ne sera pas le cas de la prime d’assurance auto. En effet, d’après le comparateur en ligne d’assurances LeLynx.fr, dont Le Parisien se fait l’écho, les Français ont payé en moyenne, au cours des douze derniers mois, 641 euros par an pour que leur voiture soit assurée. Ce qui représente une diminution de 1,38% en 2021. Après quatre ans de hausses consécutives, c’est la première fois que cette prime diminue. 

Une assurance auto qui dépend de plusieurs facteurs

« Avec la pandémie, les gens ont moins pris leur voiture », analyse la directrice générale de LeLynx.fr, Itzal Arbide. De plus, les confinements ont empêché leurs déplacements. Aussi, cette diminution du trafic a fait baisser le nombre d’accidents. Par conséquent, moins de remboursements à effectuer pour les assureurs qui en ont profité pour faire baisser les prix de leurs assurances. Aussi, la concurrence amène les assureurs à baisser leurs prix. « Les assureurs ont besoin de conquérir de nouveaux clients », justifie le représentant d’un géant français. Malgré tout, « 641 euros/an, cela reste très conséquent dans le budget des automobilistes, rappelle Itzal Arbide. À titre de comparaison, elle s’élève à 606 euros/an en Espagne et à 617 euros/an en Grande-Bretagne.

Et le coût de l’assurance auto varie également selon l’endroit où vous habitez. « Cela s’explique par la différence de sinistralité, liée à la densité de trafic, mais aussi à des paramètres plus généraux, comme les conditions climatologiques, les données concernant la délinquance et les vols, etc. » énumère la directrice générale de LeLynx.fr. C’est en région Paca que la prime moyenne est la plus importante (717 euros/an). En seconde position, on retrouve la région Île-de-France (708 euros/an). Inversement, c’est en Bretagne qu’elle vous coûtera le moins cher (533 euros/an). Si l’on observe les villes, c’est à Nantes que le coût moyen de cette assurance est le moins élevé avec 593 euros/an pour assurer son véhicule. Les plus impactés sont les assurés marseillais qui doivent débourser 882 euros/an en moyenne. Nice et Saint-Etienne s’octroient, dans l’ordre, les deux autres marches du podium avec respectivement 761 euros/an 741 euros/an.

Faire baisser la facture, mais comment ?

Le coût de l’assurance auto varie également selon un critère d’âge. Et les moins de 25 ans en payent le lourd tribut. Leur profil, considéré comme « à risque » par les assureurs, implique pour cette tranche d’âge une dépense annuelle moyenne de 971 euros/an. Une somme qui diminuera progressivement avec le temps et l’expérience. Ainsi, quand il aura entre 35 et 44 ans, le conducteur déboursera seulement 527 euros/an pour assurer son véhicule. Les plus de 55 ans devront, quant à eux, s’honorer d’un paiement annuel moyen de 427 euros/ an pour s’assurer.

Mais alors, comment diminuer le montant de la facture ? «Il faut vérifier qu’on a le service le plus adapté à son besoin et comparer. De nombreux outils permettent de le faire de façon très simple», explique Itzal Arbide dans Le Parisien. Sinon, il vous faudra miser sur l’électrique car ces modèles de voitures sont beaucoup plus résistants à d’éventuelles pannes et coûtent moins d’argent quand il faut les réparer (en cas de sinistre par exemple). «La transformation du parc automobile tricolore est en cours, les hybrides et électriques remplacent les thermiques, confirme Itzal Arbide. À terme, cela devrait en effet faire baisser le montant moyen de la prime. »