Se connecter S’abonner

Crise sanitaire : Bruno Le Maire maintient ses prévisions de croissance pour 2022

Pour le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, l’impact du nouveau variant Omicron et des nouvelles restrictions sera faible sur l’économie.

assurance
Crédit : NICOLAS MESSYASZ/SIPA/1903201500

Alors que la cinquième vague de Covid-19 inonde la France, le gouvernement maintient le cap. Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, estime que le variant Omicron n’aura qu’un « impact faible » sur la croissance et reste confiant. « Nous avons pris les mesures nécessaires pour éviter la désorganisation de notre économie », explique le patron de Bercy dans les colonnes du Figaro le 3 janvier. « Nous démarrons l’année avec un solide acquis de 2,2% et notre économie bénéficie à plein des réformes de fond engagées depuis 2017. Je maintiens donc notre prévision de croissance pour 2022 à 4% », affirme encore Bruno Le Maire. 

Quant aux nouvelles restrictions décidées en raison de l’explosion des cas de contamination, « une aide ciblée et rapide aux secteurs concernés » a été apportée, selon le ministre de l’Economie. « Je reste ouvert à tout dispositif supplémentaire qu’ils pourraient me proposer, notamment sur les exonérations de charges sociales », ajoute-t-il. Le Gouvernement a débloqué une centaine de millions d’euros et il reste des crédits budgétaires de l’an dernier pour les financer, rassure Bruno Le Maire. En 2021, la croissance est meilleure qu’annoncé, plus que les 6,25% prévus, et les recettes fiscales engendrées seront affectées à la réduction du déficit, précise encore le ministre. Il sera « significativement inférieur à 8%, contre 8,2% anticipé », souligne-t-il à nos confrères.

Prix de l’énergie

A propos de la hausse des prix de l’énergie, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance indique dans Le Figaro qu’une solution complémentaire pour anticiper la hausse des factures (de 35 à 40%) devrait être annoncée « dans les prochains jours ». « La baisse de la fiscalité sur la consommation d’électricité garantira en 2022 cette protection, pour un coût total pouvant aller jusqu’à 8 milliards d’euros », mais cela ne suffira pas, détaille Bruno Le Maire. « La promesse du premier ministre de plafonner la hausse des tarifs de l’électricité des particuliers à 4% en 2022 sera tenue », avance le ministre.