Se connecter S’abonner

Métavers : ce que les Français pensent de ce nouvel univers virtuel

Alors que les métavers promettent de transformer en profondeur notre société, un sondage s’est intéressé aux différentes perceptions de la population française vis-à-vis de ce progrès technologique.

Métavers

À la frontière du réel, les métavers sont des univers qui appartiennent au virtuel. Grâce au numérique, ils permettent à leurs utilisateurs de se connecter et d’interagir avec d’autres personnes. Dans ce monde parallèle, il est même envisageable de pratiquer les mêmes activités que dans la vie réelle. Mais alors qu’en pensent les Français ? Savent-ils même ce que désigne ce mot ? Le cabinet de conseil en innovation Talan, qui a réalisé un sondage avec l’Ifop auprès de plus de 1.000 Français, âgés de 18 ans et plus, apporte des éléments de réponse.


Verdict : 41% des 18-49 ans ont entendu parler du métavers. Aussi, 60% des Français estiment que c’est avant tout une façon de se divertir, et 54% considèrent que c’est un moyen de s’évader du réel alors que 58% pensent que ce sont les musées qui devraient prioritairement être présents dans le métavers. En revanche, 75% des Français sont réticents vis-à-vis de cet environnement digital et 80% ne croient pas que cet univers virtuel numérique pourrait faire baisser les émissions carbone dans le monde réel.

Facebook face à la défiance des Français

En ce qui concerne Facebook (qui s’est rebaptisé « Meta »), seuls 15% des Français se disent favorables à l’association de leur compte sur le réseau social à des profils numériques dans le métavers. Fait plus édifiant encore, ils sont 74% à ne pas faire confiance à Facebook pour créer et gérer un métavers. Une défiance vis-à-vis de l’entreprise numérique qui peut s’expliquer par plusieurs raisons selon le directeur général de l’Ifop, Frédéric Dabi : « Lorsque l’entreprise numérique est mise en concurrence avec d’autres acteurs sur le plan de la protection des données, le groupe se classe en dernière position, son image étant sûrement encore impactée par les divers scandales de fuite de données d’utilisateurs du réseau social, dont celui de Cambridge Analytica en 2014. Pour l’instant, le tournant de Facebook vers les métavers, illustré notamment par le changement de nom du groupe, ne semble pas porteur dans l’opinion publique française », analyse-t-il.
 
Et si près de trois quarts des Français craignent les métavers, c’est avant tout car ils ont peu de connaissances à ce sujet. De la pédagogie sera donc nécessaire pour intégrer cette technologie de façon plus prégnante dans la société. Car il s’agit aussi d’une véritable aubaine pour les entreprises, comme le souligne le directeur général de Talan chargé des Labs, Thibault Ducray : « Les métavers sont une évolution naturelle des réseaux sociaux grâce à la convergence des technologies. Qu’on ne s’y trompe pas, c’est des utilisateurs que viendront les usages réels ce qui sera un véritable challenge pour les acteurs du numérique. » Et de conclure : « Nous devons donc créer les conditions nécessaires pour que la technologie soit véritablement au service de l’humain. A ce titre, nous collaborons avec les acteurs de la filière afin que ces métavers puissent se développer de manière responsable. »