Se connecter S’abonner

Economie : avec une croissance de 7%, la France bat un record vieux de 52 ans

Après un plongeon de 8% en 2020, la croissance de la France a atteint 7% en 2021. Un résultat inédit depuis 52 ans dans le pays, désormais parmi les plus dynamiques d’Europe.

climat des affaires
Credit: Sébastien SALOM GOMIS/SIPA

La crise du Covid-19 a fait plonger l’économie française de la même manière que la Seconde Guerre mondiale. Mais après avoir chuté de 8% en 2020, la croissance est repartie au point d’atteindre 7% en 2021. L’Hexagone se place ainsi parmi les pays les plus dynamiques d’Europe, alors qu’un tel chiffre n’avait pas été égalé depuis 52 ans, rapporte Le Figaro, se basant sur les premières estimations de l’Insee, publiées vendredi 28 janvier. En décembre dernier, l’institut envisageait une croissance autour de 6,7% en 2021. Un résultat très proche de celui alors avancé par la Banque de France et qui confirmait que l’économie française avait retrouvé son niveau d’activité d’avant la crise.

Si le gouvernement n’avait pas révisé sa prévision de 6,25%, Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance avait déclaré que ce résultat allait vraisemblablement être dépassé. Mercredi dernier, dans le cadre de son audition par la commission des Finances de l’Assemblée nationale, il avait assuré : « Nous rendons aux Français une économie solide, attractive et qui crée des emplois », indique le quotidien.

60 milliards d’euros de dépenses

D’ailleurs, une multitude d’indicateurs, dont ceux de l’emploi, sont au vert. En effet, le nombre d’inscrits en catégorie A à Pôle emploi a reculé de près d’un demi-million en 2021. C’est la première fois qu’une telle ­diminution du nombre de demandeurs d’emploi, sur une année, est enregistrée depuis le début de la diffusion des chiffres des demandeurs d’emploi en fin de mois, en 1996.

Mais, pour obtenir de tels résultats, l’Etat aura dépensé un peu plus de 60 milliards d’euros en 2021, selon les chiffres présentés par Olivier Dussopt, le ministre des Comptes publics. De quoi participer au déficit public de quelque 7% et à la dette publique de près de 113%.