Se connecter S’abonner

Précarité énergétique : Hellio alerte sur le reste à charge des familles

Dans un communiqué publié, jeudi 3 février, Hellio appelle les acteurs de la rénovation énergétique à se mobiliser.

prix de l'énergie
iStock

Dans un communiqué publié, jeudi 3 février, le groupe Hellio appelle les acteurs de la rénovation énergétique à se mobiliser, pour « sortir de la précarité énergétique les 3,5 millions de ménages qui connaissent des difficultés à payer leurs factures d’énergie ». Hellio, qui accompagne la consommation d’énergie en France, pointe du doigt le fait que les ménages les plus modestes ne puissent pas bénéficier de travaux de rénovation énergétique globale malgré le soutien financier de l’Etat et la mise en place de l’aide MaPrimeRénov’.

« Le ‘reste à charge’ qui s’élève en moyenne à 10 % du coût des travaux selon l’État, et à 39 % selon la fondation Abbé Pierre dans son rapport sur le mal logement de 2022, rend en effet inaccessible la possibilité de sortir de la précarité énergétique pour des familles qui vivent parfois avec moins de 10 euros par jour. L’aide Habiter Mieux Sérénité dédiée à la rénovation globale pour ces ménages est, elle, peu lisible et moins facile d’accès », souligne le groupe.

Eradiquer la précarité énergétique d’ici 2030

De plus, Hellio souligne qu’au delà des financements, la difficulté première est d’identifier et localiser les personnes en situation d’exclusion énergétique.  Elles sont parfois « invisibles » des services sociaux, « car cette forme de précarité ne se voit pas de l’extérieur ». De plus, deux tiers des logements insalubres appartiennent à des propriétaires occupants, précise le communiqué. 

Le spécialiste de l’économie d’énergie propose des solutions financières et opérationnelles. Pour Hellio, combiner « la relance de la construction de logements performants énergétiquement avec des aides sociales immédiates revalorisées pour alléger les factures d’énergie, et des solutions systémiques comme la rénovation globale et performante des logements », permettrait d’éradiquer la précarité énergétique d’ici 2030.