Se connecter S’abonner

Immobilier : les arnaques aux faux notaires se multiplient

Les escrocs usurpent l’identité des notaires pour envoyer par mail un faux RIB aux acquéreurs immobiliers. Ils détournent ensuite les fonds destinés à la transaction.

frais de notaire
Crédit : iStock.

C’est une arnaque en pleine recrudescence : celle de l’arnaque aux faux notaires. La technique est bien rodée : les escrocs usurpent l’identité des notaires pour envoyer par mail un faux RIB aux acheteurs immobiliers. Ils détournent ensuite les fonds destinés à la transaction. Depuis l’été dernier, quelques dizaines de personnes auraient été victimes de cette arnaque, selon une estimation obtenue par l’AFP. 

Dans une alerte publiée fin 2021 sur son site internet, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir cite le cas d’un particulier ayant perdu 50.000 euros et celui d’un couple s’étant fait dérober 30.000 euros. « Sur la totalité des actes, cela ne représente presque rien, mais ce sont des situations qui sont la plupart du temps problématiques pour les clients », explique le Conseil supérieur du notariat.

Une procédure de sécurisation

« Les clients et les professionnels de tous les secteurs, dans le contexte de dématérialisation accélérée qui est un corollaire de la crise sanitaire, sont exposés à des risques croissants de cybersécurité », précise l’organisme, qui confirme une recrudescence ces derniers mois. « Nous recevons de nos instances professionnelles régulièrement des mails nous invitant à être encore plus vigilants que nous ne l’avons été », ajoute auprès de l’AFP un notaire exerçant en Seine-Saint-Denis. Ce dernier explique qu’avec la crise sanitaire, les RIB qui étaient auparavant remis en mains propres sont dorénavant envoyés par mail.

Face au nombre d’arnaques en hausse, la caisse d’Ile-de-France du Crédit Agricole a décidé d’alerter ses clients, par mail ou par SMS, et affirme avoir mis en place « une procédure pour sécuriser les virements supérieurs à 100.000 euros demandés à distance ». Parmi les mesures conseillées : le contre-appel. Même en cas de mail et de RIB qui semblent conformes, il est plus que conseillé de contacter directement l’office notarial avant de procéder au virement.