Se connecter S’abonner

Redevance TV : s’il est réélu, Emmanuel Macron la supprimera

Depuis 2009, la redevance TV est payable par toute personne qui est imposée à la taxe d’habitation et qui détient un téléviseur.

redevance

Un sujet qui fait débat depuis de nombreuses années. Emmanuel Macron s’est engagé lundi 7 mars, s’il est réélu, à supprimer la redevance télé et à tripler le plafond de la « prime Macron » qui permet jusqu’ici aux entreprises de verser jusqu’à 1.000 € sans charge ni impôt. « On supprimera les impôts qui restent, la redevance en fait partie », a-t-il déclaré lors d’un échange avec 200 habitants de Poissy (Yvelines), pour sa première sortie publique en tant que candidat à la présidentielle. Selon le chef de l’État, cette suppression est « cohérente avec la suppression de la taxe d’habitation », l’une des mesures phares de sa campagne en 2017, rapporte Les Échos.

Depuis 2009, la contribution à l’audiovisuel public est payable par toute personne qui est imposée à la taxe d’habitation et qui détient un téléviseur. Son montant est déterminé par le Parlement et s’élève actuellement à 138 € en France métropolitaine et 88 € pour les départements et territoires d’outre-mer. Cette redevance permet de financer les chaînes de TV et de radio du secteur public, comme France Télévisions, Radio France, Arte ou France Médias Monde (France 24, RFI…).

En 2020, elle avait rapporté 3,8 milliards d’euros

Avant Emmanuel Macron, les candidats Valérie Pécresse (LR), Marine Le Pen (RN) et Éric Zemmour (Reconquête!) ont annoncé leur intention de supprimer la redevance, certains d’entre eux proposant de privatiser une partie ou la totalité des médias publics.

Reste à savoir si la redevance sera remplacée. Elle constitue l’essentiel du financement des entreprises audiovisuelles publiques : le groupe France Télévisions , Radio France, Arte, France Médias Monde, l’Institut national de l’audiovisuel et TV5 Monde. En 2020, elle avait rapporté 3,8 milliards d’euros. Elle devrait représenter autour de 3,7 milliards d’euros en 2021 et en 2022.

Emmanuel Macron a présenté cette mesure au milieu d’une série de propositions pour soutenir le pouvoir d’achat, comme le triplement de la « prime Macron », sans charges ni impôts. Cette prime défiscalisée qu’il a instaurée depuis 2020, « on la triplera », car « ça, c’est du pouvoir d’achat », a-t-il dit. « Il faut que le travail paie plus », a-t-il martelé au cours de cet échange lors duquel il a également été interrogé à plusieurs reprises sur la guerre en Ukraine.