Se connecter S’abonner

Carburants : une baisse des prix qui sera de courte durée

Les automobilistes seront sûrement soulagés par cette baisse temporaire des carburants, tant leur budget est alourdi par cette hausse jusqu’alors inédite.

carburant
Crédit: iStock.

C’est une première depuis le mois de décembre 2021. D’après les données communiquées par le gouvernement, les prix à la pompe viennent de repasser sous la barre des 2 euros le litre, rapporte Le Parisien. La semaine passée, ils avaient atteint un sommet historique. Le prix au litre du gazole a enregistré une baisse de 8%, alors que celui du Sans-plomb 95 a diminué de 5 % en sept jours. Cette hausse est donc la première du genre en quelques mois. Entre le 25 février et le 14 mars, le prix des carburants avait connu une hausse de plus de 10%. Depuis début septembre, le chiffre monte même à 30%.

Les raisons de ce recul des prix ? D’abord, la baisse du baril de pétrole Brent. Le 8 mars, celui-ci coûtait 130 dollars. Huit jours plus tard, il repassait sous la barre des 100 dollars. Quelques jours plus tard, les prix à la pompe se sont alignés. Les automobilistes seront sûrement soulagés par cette baisse temporaire, tant leur budget est alourdi par cette hausse jusqu’alors inédite. Pour juguler la crise, le gouvernement avait annoncé une remise de quinze centimes par litre acheté, pour tous les automobilistes, à compter du 1er avril.

Des carburants dont le prix va remonter

Mais cette baisse des prix ne devrait pas durer. D’ailleurs, lundi 21 mars, le baril de Brent est remonté d’environ 5% à 114 dollars. « Je doute que les prix montent beaucoup plus mais il faut faire attention à l’impact des sanctions européennes sur l’approvisionnement en pétrole russe qui nous demanderait de revoir nos modèles d’approvisionnement, ce qui aurait un coût. Le risque de boycott du pétrole russe par l’Europe et la baisse de la valeur de l’euro par rapport au dollar maintiennent des niveaux de prix élevés à la pompe », analyse Philippe Chalmin, économiste spécialiste des matières premières, auprès de nos confrères.

Les professionnels pour qui les prix des carburants régissent l’activités ont également pu bénéficier d’un coup de pouce le 16 mars dernier. Malgré tout, la colère des chauffeurs poids lourds, chauffeurs VTC, taxis ou encore pêcheurs n’est pas retombée. Le 21 mars, des barrages filtrants et autres blocages de dépôts pétroliers et de raffineries ont été organisées par les professionnels de ces secteurs. Dans tout l’Hexagone, afin de manifester leur opposition à la hausse des tarifs du gazole.