Se connecter S’abonner

Le moral des ménages plonge en mars

Le moral des ménages a plongé en mars en France, pénalisé par les craintes liées à l’inflation qui ont atteint un niveau record, selon les données publiées mardi par l’Insee.

Foule contribuables impôt prélèvement à la source de l'impôt
Moins de 1,5% des contribuables ont opté pour le taux neutre du prélèvement à la source de l’impôt qui sera communiqué aux employeurs, aux caisses de retraite…. Crédit: iStock.

L’indicateur s’est établi à 91 en mars, en baisse de six points sur un mois et près de dix points en dessous de sa moyenne de long terme, fixée à 100.

Le moral des ménages a renoué en mars avec des creux inconnus depuis novembre 2020, lors du deuxième confinement.

Un pessimisme largement alimenté par les craintes liées à l’inflation, en nette hausse en février et qui devrait pâtir en mars de la guerre entre la Russie et l’Ukraine (l’Insee, qui doit dévoiler jeudi une estimation provisoire, s’attend à une inflation supérieure à 4%).

La part des ménages qui anticipent une hausse des prix au cours des douze prochains mois s’est ainsi envolée de 50 points en mars pour atteindre son plus haut niveau depuis le début de la série en 1972.

En conséquence, le solde d’opinion des ménages relatif à leur situation financière future perd 16 points en mars et s’éloigne nettement de sa moyenne de longue période, selon l’Insee.

Les Français se montrent aussi très anxieux en ce qui concerne leur futur niveau de vie: la part des ménages qui anticipent une amélioration du niveau de vie sur les douze prochains mois a reculé de 21 points en mars, et s’établit désormais 34 points en dessous de sa moyenne de long terme.

Les craintes liées au chômage progressent également, mais restent nettement inférieures à la moyenne de long terme.