Se connecter S’abonner

Carburant : la hausse des prix perturbe les vacances de Pâques

Selon PAP Vacances, le volume de réservations pour les vacances printanières en 2022 a baissé. En cause, la flambée des prix du carburant.

carburant

Des projets de vacances remis en cause par les prix du carburant ? Depuis le début du mois de mars, les demandes de réservation pour des logements aux vacances de Pâques ont connu une baisse, selon une étude de la plateforme PAP Vacances. Elle intervient peu après le déclenchement de la guerre en Ukraine menant à une flambée des prix de l’essence. Et l’annonce du gouvernement de réduction du prix de l’essence pour le 1er avril n’y a rien fait. Les réservations ont poursuivi leur baisse.

La tendance s’est inversée par rapport au début de l’année, précise BFMTV. En effet, 2022 commençait avec une forte hausse des demandes de réservation. De quoi envisager dépasser l’année 2019, dernière année avant la crise sanitaire. Selon PAP Vacances, le volume de réservations pour les vacances printanières devrait afficher le même niveau qu’en 2019 (-0,2%). La levée des restrictions sanitaires ne semble pas avoir eu d’effet.

La mer, 73% des réservations à Pâques

La mer reste la destination préférée pour les vacances de Pâques. Elle représente 73% des réservations sur PAP Vacances. En revanche, la Normandie (Manche et Calvados) enregistre une forte baisse de 32,5%, tandis que les littoraux du nord de la Manche (Seine-Maritime, Somme et Pas-de-Calais) ont augmenté leurs réservations de 19%. « Sans doute en raison de prix plus accessibles » pour cette dernière, précise la plateforme.

Comparée à 2019, la campagne a vu ses réservations grimper par rapport à 2019, passant de 6 à 9% de part de marché. Les vacanciers privilégient le sud du pays : le Lot (+62,7%) et la vallée du Rhône (Vaucluse +50,7 %, Gard +44,3 %, Ardèche +42,3 %) enregistrent les plus fortes hausses. Également, l’Outre-mer affiche une hausse de 36% par rapport à 2019, profitant notamment à la Réunion (+107,9%) et à la Guadeloupe (+90,4%).

À la montagne, les skieurs ont déserté les pistes. Après des records aux vacances de Noël, les réservations pour Pâques ont diminué par rapport à 2019. Un enneigement moins important qu’il y a deux ans pourrait en être la cause.