Se connecter S’abonner

Inflation : Marine Le Pen fustige le « déni » d’Emmanuel Macron

« On est confronté à un mur de l’inflation qui arrive », a déclaré Marine Le Pen, en visite dans une entreprise de construction à Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

inflation
Crédit: iStock.

La candidate RN à la présidentielle Marine Le Pen a jugé mercredi 13 avril que le gouvernement et Emmanuel Macron étaient dans le « déni » face au « mur de l’inflation » auquel la France allait être confrontée. « On va voir une augmentation massive des prix qui va intervenir, et personne ne veut en parler, il y a une forme de déni de la part du gouvernement. Je suis étonnée que le président de la République n’évoque pas cette inflation et les mesures qu’il envisage de prendre pour y faire face », a fustigé Marine Le Pen, en visite dans une entreprise de construction à Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

« On est confronté à un mur de l’inflation qui arrive » et qui touchera les particuliers et les entreprises, a-t-elle complété devant les journalistes. « Gaz, carburant : l’augmentation des prix a des conséquences catastrophiques sur le tissu économique. Je vous donne cet élément parce que je pense qu’il doit rentrer en considération lorsque l’on parle de géopolitique, lorsque l’on parle d’affaires internationales », a souligné la candidate d’extrême droite dans une allusion aux sanctions visant la Russie en guerre contre l’Ukraine, auxquelles la France s’est associée. « La France de Macron, c’est une France qui va s’arrêter », a-t-elle cinglé.

Depuis mars 2020, 700.000 entreprises ont bénéficié d’un PGE

Outre une baisse de la TVA, Marine Le Pen propose notamment un nouvel allongement des prêts garantis par l’Etat (PGE) décidés par l’exécutif actuel au plus fort de l’épidémie de Covid pour les aider à surmonter la crise économique. Depuis mars 2020, 700.000 entreprises ont bénéficié d’un PGE pour un montant de 143 milliards d’euros. Les PGE ont été prolongés jusqu’au 30 juin. Un nouveau prêt garanti par l’État, intitulé résilience pour soutenir les entreprises affectées économiquement par la guerre en Ukraine, est également disponible jusqu’au 30 juin.

Interrogé sur France 2 sur les mesures à prendre face à l’inflation, Emmanuel Macron a lui répondu mercredi matin que « ce que nous avons décidé avec le gouvernement sur l’électricité, le gaz et l’essence est plus efficace qu’une baisse de TVA », comme proposé par Marine Le Pen.

Concernant les produits alimentaires, le président-candidat souhaite « baisser les coûts pour les agriculteurs » afin de « prévenir les hausses de prix » pour les consommateurs. Et pour « accompagner les ménages qui en ont le besoin », il veut mettre en place « un chèque alimentaire sous condition de ressources ».