Se connecter S’abonner

Couches, savons, shampoings… le budget hygiène des Français impacté

L’hygiène est un poste de dépense que les Français préfèrent raboter au détriment de produits davantage nécessaires à leur quotidien.

hygiène

Dans les rayons hygiène des supermarchés, les rayons sont bien remplis. La faute à la crise actuelle, qui incite certains Français à corseter ces dépenses considérées comme moins prioritaires que le carburant, le gaz et les produits alimentaires. Durant le confinement déjà, les ventes de shampooings et de maquillage avaient chuté, mais surtout à cause du télétravail. Aujourd’hui, acculés financièrement, de nombreux consommateurs revoient ce poste de dépenses à la baisse, constate Le Parisien.

Produits déstockés ou vendus par lots et marques distributeurs

En tête de gondole des postes de dépenses rabotés, les produits d’entretien de la maison. « Seaux, pelles, etc., depuis un mois, nous avons constaté une baisse de la consommation dans les grandes surfaces de 5 % à 10 % selon les catégories de produits », reconnait François Carayol, PDG de La Brosse & Dupont, groupe leader de l’entretien de la maison et 3e acteur de l’hygiène beauté en France. Les produits d’hygiène corporelle ont également été impactés. Certains font davantage attention aux quantités, d’autres n’achètent qu’en promo ou dans des magasins de déstockage et enfin, il y a ceux qui passent « des produits de marque aux marques distributeurs », comme l’explique une consommatrice auprès du Parisien.

Si les témoignages recueillis par nos confrères mettent en exergue les solutions trouvées par les consommateurs pour réduire la facture, les résultats de certaines études d’opinion questionnent. Ainsi, selon le dernier observatoire E. Leclerc des nouvelles consommations, 60% des sondés reconnaissent renoncer « régulièrement » à l’achat de produits d’hygiène pour des raisons financières. Aussi, 17% des femmes interrogées déclarent avoir eu recours à un substitut pour remplacer leurs protections hygiéniques. Un chiffre qui bondit à 32% chez les moins de 35 ans.

Des parents qui changent leur bébé moins souvent

Dans une autre enquête, c’est le même constat. Selon son nouvel observatoire de la vie chère tout juste lancé, Intermarché, en partenariat avec l’institut d’études YouGov explique ainsi qu’environ 25% des parents (d’enfants de 0 à 3 ans) changent désormais leur bébé « moins souvent que nécessaire, par manque de moyens ».

Pour conserver leur clientèle, industriels et distributeurs diminuent les prix de leurs produits d’hygiène. « Tout le secteur droguerie (propreté du linge et de la maison) est en déflation de 0,51 % sur un an à la fin mars, selon des données IRI, et le rayon parfumerie hygiène est en recul de 0,39 % », relate Karine Sanouillet, experte de la grande distribution. Ce sont les produits pour le lave-vaisselle, les brosses à dents, les gels douches et les articles relatifs à l’incontinence qui bénéficient des plus fortes baisses de prix.