Se connecter S’abonner

Pouvoir d’achat : les promesses d’Emmanuel Macron font mouche

Cette promesse de campagne du président fraîchement réélu devrait agir à plusieurs niveaux pour redonner du pouvoir d’achat aux Français.

Pouvoir achat

Premier sujet de préoccupation des Français, le pouvoir d’achat devra nécessairement s’imposer dans le nouveau quinquennat d’Emmanuel Macron. Celui-ci l’a d’ailleurs promis durant la campagne présidentielle : une « loi exceptionnelle » sera adoptée dès l’été dans le but d’aider les ménages. Et l’urgence se fait sentir, au regard des différentes hausses de prix récentes qui ont accéléré les préoccupations. À la pompe comme au supermarché, les chiffres s’affolent. Dans ce contexte, Les Echos, Radio Classique et l’Institut Montaigne ont réalisé un sondage Elabe qui révèle que 75% des Français (+12 points depuis février) considèrent que l’alimentation constitue l’un des postes de dépenses qui ont le plus augmenté ces derniers mois. Et toutes les classes sociales partagent ce sentiment.

« La pression sur le pouvoir d’achat est décuplée car elle devient quotidienne »

Alors que faire ? Pour 62% des Français, la hausse du coût des déplacements est trop importante. Ils sont 64% à penser la même chose de celle du chauffage. « Quand le sujet arrive dans le chariot de courses, la pression sur le pouvoir d’achat est décuplée car elle devient quotidienne », prévient Bernard Sananès, le président d’Elabe. Pour lui, « les Français attendent maintenant des actes ». Selon la majorité des sondés (54 %), c’est au niveau des salaires et des retraites qu’il faut agir pour résoudre les problèmes actuels de pouvoir d’achat. Cette opinion persiste surtout chez les catégories populaires.

Quid des mesures d’urgence promises par Emmanuel Macron ? 82% des sondés sont favorables à la réindexation des retraites sur l’inflation. Un chiffre qui redescend légèrement à 81% au sujet du relèvement du montant de la pension minimale de la retraite à taux plein à 1.100 euros, et à 76% pour le maintien du gel des prix du gaz, et du plafonnement de la hausse des prix de l’électricité et de la ristourne de 18 centimes à la pompe. Concernant le « dividende salarié »ils sont 75 % à approuver cette promesse. Trois quarts des personnes interrogées sont également en faveur d’un blocage des prix des produits de première nécessité.

Ils ne sont en revanche que 53% à approuver la promesse d’Emmanuel Macron d’augmenter de 10%, voire davantage pour ceux qui s’engagent à en faire plus, le salaire des enseignants. Enfin, 57% des personnes interrogées plébiscitent le versement automatique des aides sociales promis par le président réélu.