Se connecter S’abonner

Assurance automobile : que va devenir la vignette verte sur le pare-brise ?

La disparition de l’attestation d’assurance permettrait d’éviter l’impression de 50 millions de documents par an.

assurances
Crédit : SIPA/ LOISONVINCENT_loison.005

L’assurance automobile, orpheline de sa « carte verte » ? France Assureurs, fédération de 247 compagnies d’assurance, envisage de supprimer la célèbre vignette verte collée sur les voitures des automobilistes depuis près de quarante ans. De même pour l’attestation d’assurance, obligatoire depuis soixante-quinze ans, indique Le Parisien.

Ce petit papier est entré, petit à petit, dans la culture populaire. Renouvelé chaque année, il certifie que le véhicule est assuré. « À l’époque, cela a été créé à raison pour lutter contre la non-assurance. Mais nous avons aujourd’hui tous les moyens techniques pour simplifier la vie des Français et améliorer la lutte contre la fraude, déclare Franck Le Vallois, directeur général de France Assureurs. Nous avons bon espoir que notre proposition aboutisse. »

Ces dernières semaines, la fédération a « intensifié les discussions » avec les trois ministères concernés, ceux de l’Économie, des Transports et de l’Intérieur. « Nous avons eu des travaux productifs avec l’ensemble des parties prenantes ces derniers mois. Ils ont permis de clarifier un certain nombre de points. À ce stade, aucune décision n’est néanmoins encore prise », précise-t-on à Bercy.

« Elle ne sert plus à rien puisque tout est numérisé »

En attendant le moindre décret sur la question, il faudra patienter. La priorité est actuellement donnée à la nomination du nouveau gouvernement et la question des bienfaits de cette mesure se pose aussi. « Pour mettre en œuvre cette dématérialisation, il conviendra de s’assurer de la pleine fiabilité du fichier dématérialisé, de la simplicité d’utilisation du nouveau dispositif pour les automobilistes et les forces de l’ordre, et de son articulation avec la politique de sécurité routière », prévient encore Bercy auprès du Parisien.

Sa disparition permettrait d’éviter l’impression de 50 millions de documents par an. Les assureurs mettent en avant la « simplicité » offerte aux usagers. Plus besoin de changer la vignette une fois par an, comme réclamé. Ni de se déplacer obligatoirement avec l’attestation d’assurance au risque d’écoper d’une amende de 35 euros en cas d’oubli.

« Nous sommes largement favorables à cette suppression. Il n’y a aucun intérêt à laisser ce bout de papier. Cela va peut-être casser les habitudes, mais elle ne sert plus à rien puisque tout est numérisé, affirme Pierre Chasseray, délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes. Mais cette initiative devrait prendre un certain temps avant sa mise en place. « Après la publication d’un éventuel décret, nous voulons préparer les esprits pendant une petite année, lance Franck Le Vallois. Nous ne voulons pas que des Français paniquent de ne pas recevoir comme d’habitude la vignette dans leur boîte aux lettres. »